TÉMOIGNAGE : "Le TAGE MAGE, une préparation marathon", par Guillaume Ferré,

Admis ESSEC 2016, 407/600 au TAGE MAGE

« Oui, j’ai déjà couru 42 kilomètres un dimanche matin ». Lorsque je prononce cette phrase, le regard de mon auditoire est souvent proche de celui d’un étudiant en Licence lorsqu’il découvre le sous-test de calcul, et qu’il se rend compte qu’après 20 minutes de travail, il a seulement répondu à 2 questions sur les 15…

Si un parallèle peut être fait entre la fascination occasionnée par le score de 400 au TAGE MAGE et le fait de terminer un marathon, il existe un lien encore plus fort au niveau de la préparation de ces deux exercices.

Pourquoi courir ?

Idéalement, cette question se pose au moins un an avant la Grande Course :

Une formation en management est-elle indispensable dans la réalisation de mon projet professionnel ? Ai-je vraiment envie de quitter l'université ou mes études actuelles pour une école de commerce ? Si oui, alors vous saurez pourquoi vous vous lancez. 

Faut-il s’inscrire dans un club ?

C’est très vivement conseillé. Une bonne prépa vous apportera un rythme et une émulation qu’il est impossible de reproduire tout seul à la maison. Trouvez le club et l'équipe qui vous convient, pour vous créer un environnement propice à votre réussite et votre épanouissement.  Ceci demandera tout de même une grande rigueur. Dans tous les cas, il vous faudra des mentors pour vous accompagner, des personnes à qui vous devrez rendre des comptes.

Quelles chaussures pour le marathon ?

De nombreux ouvrages existent et je ne peux que vous inciter à en acheter le plus possible afin de multiplier les annales. Cependant, si je ne devais en citer qu’un : je choisirais le « Grand Manuel du TAGE MAGE », mon fidèle allié lors de ma préparation. 

Comment démarrer ce nouveau sport ?

Se nourrir de l’expérience des anciens candidats est indispensable, il ne faut pas hésiter à parler avec des anciens de son université, ou des candidats des années précédentes. Discuter avec ceux qui ont échoué aux concours est aussi un exercice très pédagogique. Rejoignez le groupe Facebook Monsieur TAGE MAGE pour entrer facilement en contact avec des candidats actuels ou passés. 

Les premiers mois, il faut chercher uniquement l’amusement, c’est une période de débroussaillage, je conseille d’ouvrir les livres de préparation de façon aléatoire et d’essayer de répondre à des questions, sans chronomètre et sans se mettre de pression.

Quand démarrer la préparation spécifique ?

Ceci dépendra largement de votre capacité à encaisser l’entraînement, mais cela variera aussi suivant le nombre de marathons (TAGE MAGE) que vous avez prévu de courir pendant l’année. Idéalement, il faut commencer l’entrainement spécifique quatre mois avant la course, au minimum trois. Certains coureurs réguliers (ingénieurs) ou ayant l’habitude de grosses charges d’entrainement (ex-étudiants de prépas) arrivent cependant à performer en moins de six semaines.

La phase spécifique, c’est quoi ?

Les footings : C’est la base de l’entraînement, c’est la continuité de la phase de débroussaillage, c’est la partie agréable, c’est se lancer des défis entre amis, répondre aux questions les plus difficiles sans chronomètre, chercher le relâchement dans la foulée, le challenge intellectuel.

 

Le fractionné : C’est ce qui va vous faire progresser, c’est courir des séries à haute intensité (chronomètre en mains, et en condition de course). Entre deux et trois sous-tests par entraînement, entre deux et trois sessions par semaines.

 

La Sortie Longue (SL) hebdomadaire : c’est la grande répétition, celle qui fait travailler l’endurance, c’est deux heures en condition réelle. Pour ma part, l’épuisement était si important que je n’avais souvent pas la force de corriger mon travail après la séance, c’est pourquoi j’ai décidé de courir seulement deux SL par mois durant ma préparation.

Le surentraînement ?

Il occasionnera une perte de concentration lors de la correction, alors que cette dernière doit mériter au moins autant d’attention que la résolution des questions. Économisez-vous, vous devez être performant sur une longue distance, pas sur un sprint. 

Le jour J ?

À suivre dans mon prochain numéro : « Le TAGE MAGE, un véritable combat de boxe en 6 rounds »

NB : La préparation au TAGE MAGE dépend de chaque individu, le planning que je donne n’est pas forcément le plus adapté pour toutes les physiologies.

Nous vous recommandons également les articles suivants :

Lire : "Les 3 mots qui caractérisent l'ESSEC sont..." - Daphné Olivaux - ESSEC.

Lire : "Mes 5 conseils pour être admis en école de commerce" - Antoine Donnarumma - ESCP.

Lire : "J'ai intégré l'ESCP avec un plan en 5 étapes" - Antoine Donnarumma - ESCP.