Après 2 ans de prépa, faut-il cuber ou tenter les admissions parallèles ?

Si vos résultats sont insatisfaisants après 2 ans de prépa, un choix difficile s’offre à vous : cuber pour tenter d’avoir mieux ou bifurquer vers l’université pour tenter ensuite les concours par la voie des admissions parallèles (bac+3).

Si vous vous posez la question de cuber ou bifurquer, c’est que les résultats obtenus en 2ème année ne vous satisfont pas. La première étape de votre raisonnement doit donc être d’identifier les raisons de votre « échec ».

Si votre échec est dû à un « accident », alors retentez le coup ! (= cuber)

Si vous avez échoué le jour J à une épreuve dans laquelle vous êtes normalement bon (Exemple : en prépa vous aviez toujours de bonnes notes en histoire, et, le jour du concours, vous récoltez un 3/20 qui plombe vos admissibilités), dans ce cas, cuber peut être la bonne solution car il y a peu de chances que la catastrophe se reproduise.

En plus de cela, vous progresserez sans doute sur les autres matières également, et vous pourrez donc viser de meilleures écoles. La marge de progression dont vous disposez dans ce cas, justifie sans doute un cubage. Dans ce cas, il faudra bien préparer votre nouvelle rentrée en prépa : choix de la prépa idéale, planning de révisions estivales, etc.

De plus, pour les élèves les plus ambitieux qui visent le TOP 3, mieux vaut cuber car intégrer une école du TOP 3 après 2 ans de prépa puis une bifurcation relève de l’exploit : impossible à ESCP et à ESSEC (candidature interdite), rarissime à HEC.

Si votre échec est dû à des causes plus structurelles, alors mieux vaut bifurquer à l'Université et tenter les concours en admissions parallèles (bac+3)

Si vous avez échoué à cause d’une matière où vous êtes plutôt faible, que vous détestez, demandez-vous si une année de plus changera la donne ? A priori non. Si déclic il devait y avoir, il serait apparu avant.

Ainsi, il y a peu de chances que vous détestiez les mathématiques en 1ère et 2ème année mais que vous vous mettiez à aimer en 3ème année (cube).

De même, si vous avez échoué à cause du format de la classe prépa : rythme, quantité de travail, niveau d’exigence, ambiance, isolement, etc., dans ce cas, nous vous recommandons de prendre une voie alternative car les choses ne vont pas aller en s’arrangeant, bien au contraire.

Dans ces deux cas, il faudra soit accepter une école de niveau inférieur à ce que vous visiez, soit bifurquer vers la fac et bien préparer votre rentrée à l’université et vos concours en admissions parallèles : choix de l’université, planning de révisions estivales, préparation des concours en parallèle, etc.

En résumé, si cuber peut permettre d’améliorer vos admissions, de nombreux cubes obtiennent « seulement aussi bien », voire moins bien que ce qu’ils avaient eu en 2ème année. Faîtes donc le bon choix !

Une équivalence entre vos années de prépa et l’université est souvent possible

Rassurez-vous. Si jamais vous décidez de rejoindre l’université après 2 ans de prépa, une équivalence est souvent possible. Ainsi, selon vos résultats et le niveau de votre prépa, vous pouvez espérer rejoindre l’université directement en 2ème année voire en 3ème année dans certains cas. Cela vous laissera 1 an pour préparer sereinement les concours d’admissions parallèles.

Attention : Les épreuves des concours en admissions parallèles sont très différentes des épreuves des concours post-prépa.

Margot, aujourd’hui en dernière année à l’emlyon explique : « J’ai passé les concours après 2 ans de prépa et n’ai obtenu aucune école du TOP 10. Le choix de bifurquer à l’université et donc de ne pas cuber s’est imposé car je n’aimais pas le rythme prépa et je ne me voyais pas faire un an de plus dans ce cursus. Le fait que je puisse intégrer l’université directement en 3ème année de Licence a achevé de me convaincre. J’ai passé l’été à travailler sur le programme des 2 années d’économie-gestion de la fac pour rattraper. Je suis plus que satisfaite car non seulement j’ai validé ma L3 honorablement, mais en plus j’ai intégré l’emlyon directement au niveau master 1, via les concours AST (Admission Sur Titre). Je suis même dans la même promotion que certains de mes camarades de prépa qui, eux, avaient obtenu l’emlyon via le concours prépa et intégré en L3. Donc, vraiment, je suis aujourd’hui plus que satisfaite de mon choix ».

Attention toutefois...

Les profils d’anciens prépas ne sont pas les profils préférés des écoles de commerce en admission parallèle car elles cherchent à diversifier leurs profils. Ainsi, il faudra veiller à obtenir de bonnes notes au TAGE MAGE (test de logique) au TOEIC (test d'anglais) et à alimenter votre dossier (expériences professionnelles, associatives, internationales, humanitaires, etc.) car c’est souvent le point faible des élèves en prépa, par manque de temps.

 

En résumé, les élèves de prépa réussissent en général assez bien les concours en admissions parallèles car ils ont une grande capacité de travail qui leur permet de mener de front l’université et les cours dans un institut de préparation aux concours, pour se préparer au TAGE MAGE, au TOEIC et aux oraux.

Je vous recommande également les articles suivants :

Lire : Les 5 points forts des 4 Grandes Ecoles des concours TREMPLIN 1 & 2.

Lire : Les 7 critères pour bien choisir son école de commerce.

Lire : Les 7 sources d'informations sur les écoles de commerce.

Articlé rédigé par Arnaud Sévigné : Voir son profil.