Vous visez le TOP 5 ? Une prépa est fortement recommandée...

Audencia > Vie associative > Interview de Colin, étudiant à Audencia et tuteur BRIO

Audencia va brio réduite.jpg

BRIO est le dispositif de tutorat mis en place par les écoles nantaises pour aider les lycéens issus de milieux défavorisés à accéder à l’information et aux études supérieures. Pour en savoir plus, voir l’article sur le dispositif BRIO.

MEDC N°1 - 3.png

Bonjour Colin, pourquoi t’être engagé auprès de BRIO ?

 

Pendant mes oraux, j’ai échangé avec des étudiants alors en fin de première année qui ont partagé avec moi l’expérience qu’ils avaient vécue en étant tuteur BRIO. J’ai tout de suite apprécié la possibilité d'échanger avec un petit groupe, mais aussi le fait d’aider des étudiants plus jeunes que moi sans leur donner de cours, faire de l’aide aux devoirs ou du soutien scolaire, mais simplement en échangeant.

 

Ayant toujours été intéressé par l’art en général, notamment la musique et le cinéma, j’ai apprécié l’ouverture culturelle que proposait BRIO. C’est une situation d’échange où l’on partage ce que l’on connaît, mais on apprend également en retour de la part des lycéens, et j’ai tout de suite apprécié le concept.

 

 

Comment as-tu été recruté ? Comment se déroulent les recrutements ?

 

Lors de mon inscription à Audencia, j’ai coché une case disant que je souhaitais devenir tuteur BRIO et j’ai donc été placé dans la classe BRIO en première année. Tous les tuteurs BRIO sont réunis en une classe, avec d’autres élèves. Attention, BRIO n’est pas compatible avec l’English Track.

 

Nous avons ensuite dû envoyer une lettre de motivation aux élèves tuteurs puis nous avons été répartis entre les tuteurs en deuxième année pour passer des entretiens, idéalement en mélangeant les tuteurs d’Audencia et de Centrale Nantes. Je suis passé avec deux élèves.

 

Pendant l’entretien, on a surtout cherché à comprendre si j’avais compris ce que faisait BRIO et son fonctionnement, ce que représentait l’engagement (notamment en termes de temps) et à cerner ma motivation. On m’a aussi posé des questions de personnalité, sur la gestion d’un groupe (comment mettre mes interlocuteurs à l’aise ou gérer un lycéen qui ne s’intègre pas par exemple) ou des questions très concrètes, par exemple comment réagir si un lycéen vient me parler de problèmes personnels. Les étudiants ne sont pas discriminés sur leurs parcours, mais une expérience associative, solidaire ou de tutorat représente un plus.

 

 

Quelles sont les qualités à avoir pour s’engager auprès de BRIO ?

 

Je dirais qu’il faut principalement apprécier le contact, surtout en petit groupe et être très pédagogue et sociable afin de mettre les lycéens à l’aise. En effet, c’est la première expérience de ce type pour la plupart et certains ont du mal à s’exprimer ou sont timides et n’ont pas l’habitude de prendre la parole en public, même en petit groupe. La qualité principale est donc la fibre sociale, mais il faut aussi savoir être ouvert d’esprit et à l’écoute de ses interlocuteurs.

 

On recherche également des personnes qui n’ont pas peur de s’engager et de donner de leur temps en restant motivé, et ce, durant un an et demi. Ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère.

 

 

Comment se déroule la préparation d’un atelier ?

 

Chaque semaine, le lundi, les tuteurs de Petit Port (les étudiants rattachés à Audencia et Centrale Nantes) ainsi que les responsables du pôle Petit Port se réunissent sur le créneau de midi pendant 1h30 environ afin de prévoir le thème du prochain atelier. Les thèmes traités sont très variés, cette année nous avons par exemple traité les thèmes suivants : les festivités dans le monde, la musique dans les films, le handicap, être une femme dans le monde du travail, le terrorisme, les systèmes politiques, la fresque du climat, les théories du complot et les jeunes et les médias. Après quelques discussions, nous votons pour le thème du prochain atelier et on désigne également les personnes qui seront chargées d’animer cet atelier.

 

Les étudiants en charge de l’atelier préparent la trame et le déroulement de celui-ci sur un document Word pour tous les tuteurs ainsi qu’un support de présentation. Le lundi précédent l’atelier, ces documents sont présentés aux autres tuteurs, qui préparent le reste du travail avec leur binôme pour le mercredi suivant.

 

 

En quoi consistent les ateliers ?

 

Les ateliers ont lieu deux mercredis par mois, durent 2h30 et se font en trois parties.

 

Durant les 30 premières minutes, 1 ou 2 étudiants organisent un quiz d’actualité sur des questions générales de géopolitique ou de culture, pas nécessairement liées au thème de la semaine. Le but est de sensibiliser les lycéens au suivi de l’actualité et à la situation géopolitique, économique ou culturelle actuelle.

 

Le second temps est celui de l’atelier à proprement parler : à ce moment, la forme est très libre et dépend des étudiants en charge de l’atelier. Par exemple, dans le cadre de mon atelier j’ai organisé un jeu « Undercover » : tout le monde a reçu le même mot, à l’exception d’une personne et on doit tous dire un mot en rapport avec le mot initialement reçu. Cela permet d’inciter les lycéens à développer leur vocabulaire et se questionner sur le sens des mots. L’atelier peur également prendre la forme d’un débat, d’un exercice (par exemple imaginer un système politique) et son objectif est toujours de se questionner et apporter un regard critique sur ce qu’on lit ou voit.

 

Enfin, le dernier quart d’heure est réservé à la pratique de l’anglais et la forme est une nouvelle fois libre : on a organisé des discussions, des débats, des jeux du pendu, du petit bac, etc. L’objectif est de donner ou redonner confiance lors de la pratique de l’anglais.

 

 

Au quotidien, ça ressemble à quoi d’être tuteur BRIO (en termes de travail durant la semaine notamment) ?

 

La quantité de travail est variable, elle dépend de si l’on s’est proposé pour animer un atelier ou non. L’organisation d’un jeu prend du temps, parfois une journée ou un week-end entier, la préparation d’un exposé est plus rapide, mais dépend des connaissances initiales sur le sujet. Il faut également compter le temps de réunion (1h30 toutes les semaines) et l’animation des ateliers pendant 2h30 deux fois par mois.  

Dans l’ensemble, il faut retenir qu’être tuteur BRIO requiert un certain investissement de son temps.

 

 

Que t’a apporté ton engagement auprès de BRIO ?

 

Avec BRIO j’ai rencontré du monde, découvert des parcours variés et extrêmement intéressants et j’ai beaucoup appris sur les différents sujets que nous avons présentés en atelier. Être tuteur BRIO, c’est également visiter des entreprises, organiser des sorties au théâtre, au cinéma et voyager dans une capitale européenne (les générations précédentes sont allées à Bruxelles et à Madrid).

 

En somme, BRIO a vraiment été une expérience très enrichissante : j’ai noué des liens avec des plus jeunes, je suis devenu ami avec certains et nos relations vont au-delà d’une simple élève relation tuteur /. J’ai également rencontré de nombreux étudiants de ma promo, qui étaient tuteurs avec moi et avec lesquels je m’entends très bien.

Lola Fleury - Audencia