TBS > Parcours candidat(e)s > Anaëlle Barbar - AST FR

Prénom : Annaëlle

Nom : BARBAR

 

Série de baccalauréat + moyenne obtenue : Littéraire avec 14,2/20

Etudes supérieures + moyenne générale du (ou des) diplôme(s) : Licence Langues Étrangères Appliquées (LEA) parcours allemand/anglais et option italien, 12,3/20

Scores TAGE MAGE et TOEIC ? TAGE MAGE : 147/600 et TOEIC : 895/990

 

ADMISSIBLE dans quelles écoles ? KEDGE, TBS, Rennes SB, EM Strasbourg.

ADMIS dans quelles écoles ? KEDGE, TBS, Rennes SB (j’ai choisi de ne pas passer les oraux pour EM Strasbourg).

Choix définitif ? TBS

MEDC N°1 - 3.png

1) Bonjour, peux-tu nous décrire ton parcours ?

 

Bonjour, je m’appelle Annaëlle Barbar et j’ai 24 ans. Après un baccalauréat littéraire obtenu avec mention Bien, j’étais certaine de vouloir étudier le Droit à l’Université de Strasbourg. En effet, cette filière m’attirait depuis des années sans pourtant connaître ce domaine et ses difficultés. Puis, après 2 Licence 1 de Droit et 2 échecs, j’ai été contrainte d’accepter que ce parcours n’était pas fait pour moi, éprouvant en réalité un désintérêt total pour le domaine juridique.

 

J’ai alors choisi de me réorienter. Après maintes questions sur moi-même et mes capacités, je me suis « souvenue » de mon intérêt et de mon talent pour l’apprentissage et l’étude de langues étrangères et me suis inscrite en Licence LEA. Ayant trouvé les enseignements très intéressants et ayant obtenu des résultats favorables lors de la première année, j’ai ainsi retrouvé confiance en moi et en les études. Bilingue allemand et parlant couramment l’anglais, je souhaitais apprendre une troisième langue, et ai choisi l’italien pour sa culture, et ses jolies sonorités. Enfin, mon vœu de partir en mobilité en Licence 3 via le programme Erasmus+ m’a motivée à travailler davantage afin d’obtenir de bons résultats au cours de ma Licence 2.

 

C’est alors que j’ai pris la direction de Dublin (Irlande) afin d’y étudier pendant 9 mois. Si cette année a finalement été difficile en raison de la crise sanitaire et du confinement de 6 mois mis en place en Irlande, j’ai tout de même amélioré mon anglais de manière spectaculaire, puisque je vivais en colocation avec un Irlandais devenu un très bon ami. Mais cette expérience a été un peu décevante de mon point de vue global, car l’isolement était psychologiquement difficile, et que je n’ai pas été en mesure de visiter le pays dans son intégralité en raison des restrictions.

 

 

2) Quelles étaient tes expériences marquantes au moment de passer les concours ?

Expériences professionnelles (CDI, CDD, stages, intérim, etc.) : J’avais diverses expériences professionnelles à mon actif au moment de passer les concours.

Ayant commencé à travailler tôt, à 18 ans après l’obtention du baccalauréat et dans le but de financer mes vacances d’été, j’ai travaillé chaque été en contrat saisonnier dans différentes enseignes. J’ai alors été vendeuse, hôtesse de caisse, barmaid et serveuse. Puis, dans l’objectif de me responsabiliser et d’être plus indépendante, j’ai choisi de travailler en contrat étudiant à l’année à partir de 2018. J’ai ainsi découvert le milieu de la restauration et ai découvert une passion pour la gastronomie et l’œnologie. Figuraient alors 2 CDI, et 4 CDD sur mon CV lorsque j’ai posé ma candidature pour les concours.

Expériences internationales (échange, séjours linguistiques, ect.) :

- 2 échanges linguistiques de 2 semaines chacun : à Umeå en Suède en 2nde et à Dresden en Allemagne en 1ère.
- Fille au pair à New York pendant un mois (expérience enrichissante car j’ai découvert une ville cosmopolite qui ne dort jamais, et ai visité cette mégalopole en profondeur, en passant par les musées, les monuments ou les parcs).
- Erasmus à Dublin en Licence 3 de LEA pendant 1 année universitaire, et en immersion totale puisque je ne vivais avec aucun francophone.

Expériences culturelles : J’ai pratiqué le violon et la flûte traversière pendant 10 et 3 ans.

 

Expériences sportives : Je pratique la danse classique depuis mes 6 ans.

 

 

3) Quels étaient les points FORTS / FAIBLES de ta candidature aux concours ?

 

Points FORTS :

- La diversité de mes expériences professionnelles : on a tendance à penser que nos jobs d’été ne servent « à rien » au moment du dépôt de notre candidature, mais on se trompe. Le fait d’avoir travaillé dans différents domaines prouve notre curiosité et notre capacité à s’adapter dans un milieu donné, deux qualités très appréciées et appréciables par le jury lors des épreuves orales.
- Le fait de maîtriser 3 langues (français, allemand et anglais) et d’en apprendre encore (l’italien) a été un atout non négligeable selon moi.
- Mes diverses expériences internationales ont sans doute valorisé mon dossier, puisque j’ai eu l’occasion de partir à l’étranger à 4 reprises dans le cadre d’échanges par exemple.
- Mon score obtenu au TOEIC (895/990).

 

Points FAIBLES :
- Mon très mauvais score obtenu au TAGE MAGE : malgré mes efforts et presque 3 mois de travail, je n’ai obtenu que 147/600. J’étais alors certaine qu’aucune école n’allait retenir ma candidature. Mais heureusement, les établissements ne se concentrent pas uniquement sur ce point, même s’il s’agit d’un critère très important.

- Mon manque d’expérience associative (universitaire ou caritative), alors que les écoles de commerce apprécient l’engagement d’un candidat dans ce genre de structure.

 

 

4) Qu’as-tu fait pour contrecarrer tes points faibles ?

 

Je dirais que je partais de (très) loin en ce qui concerne l’épreuve du TAGE MAGE, puisque je n’avais plus fait de mathématiques depuis la Seconde et que je détestais cette matière. Je n’avais malheureusement pas plus de connaissances en logique, qui représente également un des sous-test de l’épreuve. J’ai alors été contrainte de me remettre dans le bain, et de revoir les bases en mathématiques. J’ai ainsi commencé à travailler sérieusement début janvier, pour passer cette épreuve fin mars. Malheureusement, j’ai obtenu un score très bas.

 

5) Quelles sont les principales difficultés des épreuves ÉCRITES aux concours selon toi ?

 

Sans hésiter, je dirais que la gestion du temps a été compliquée. Aussi bien pour l’épreuve du TOEIC que pour celle du TAGE MAGE, il fallait être efficace, c’est-à-dire passer le moins de temps possible sur des questions parfois relativement difficiles. Mais très honnêtement, je pense avoir manqué d’entraînement, car il s’agit du meilleur moyen pour finalement gérer son temps : la préparation aux épreuves est capitale.

 

6) Comment t’es-tu préparée aux ÉCRITS ?

 

En novembre de l’année en cours, j’ai su que je souhaitais présenter les concours pour les Grandes Écoles de Commerce. Je me suis alors renseignée concernant les modalités exactes des concours, puis j’ai commencé à réviser début janvier, après mes partiels. Je me suis procuré Le Grand Manuel du TAGE MAGE, qui est très bien fait avec ses fiches de cours, ses exercices et ses différents programmes de préparation selon le profil du candidat.

 

En ce qui concerne le TOEIC, je dirais que cette épreuve ne me faisait pas peur, car j’avais déjà un bon niveau d’anglais. Cependant, cette épreuve demande beaucoup de rigueur et une bonne gestion du temps, indispensable si on souhaite obtenir un score supérieur à 900/990 et ainsi se démarquer des autres candidats. Très déterminée, j’ai passé cette épreuve 3 fois, jusqu’à obtenir un score qui me convenait. J’ai ainsi obtenu un score de 675/990 la première fois, puis 810/990, et enfin 895/990. L’avantage de cette épreuve est le fait que l’on puisse la passer autant de fois qu’on le souhaite. Ce n’est pas le cas du TAGE MAGE, que l’on ne peut passer qu’une seule fois par semestre.

 

7) Quelles sont les principales difficultés des épreuves ORALES aux concours selon toi ?

 

De mon point de vue, la gestion du stress est la principale difficulté de ces épreuves. Il est normal d’avoir peur avant de passer cet entretien, et de craindre de perdre ses moyens face au jury. Par ailleurs, il est important de savoir de quoi on parle en entretien : si on décide de prononcer le nom d’une grande entreprise ou un terme spécifique relié au domaine du marketing ou de la finance par exemple, il faut être capable de répondre aux éventuelles questions du jury au sujet du terme ou du nom qu’on vient de citer.

 

8) Comment t’es-tu préparée aux ORAUX ?

 

Je me suis procuré Le Manuel des Entretiens de Motivation, écrit par les mêmes auteurs que Le Grand Manuel du TAGE MAGE. Consciente d’avoir échoué à cette épreuve écrite, j’ai décidé de mettre toutes les chances de mon côté lors des oraux, que j’ai commencé à préparer mi-avril, soit environ 6 semaines avant lesdites épreuves orales. J’ai alors étudié le Manuel dans son intégralité, et me suis entraînée en visioconférence avec mon meilleur ami, ayant étudié à SKEMA et qui me faisait passer des oraux blancs.

 

9) Quel était ton projet professionnel aux oraux ?

 

Ayant découvert un intérêt particulier pour la gastronomie et l’œnologie au cours de deux de mes expériences professionnelles, j’ai évoqué mon souhait de travailler dans ce domaine plus tard. J’avais alors sérieusement travaillé mon projet professionnel, en exposant des arguments clairs le jour des épreuves orales. J’ai également fait des liens avec l’école à chaque oral, ce que le jury apprécie particulièrement, car cela prouve l’approfondissement de nos recherches concernant l’établissement. Pour TBS par exemple, j’ai évoqué l’association Sup d’Oeno, regroupant les étudiants appréciant l’étude des Vins, et mon souhait d’intégrer cette association en cas d’admission à l’école.

Enfin, il est indispensable d’avoir un projet professionnel qui « tienne la route » le jour des épreuves orales, avec des arguments solides afin de convaincre le jury de notre motivation et de ce que l’on pourrait apporter de plus à leur école.

 

10) Si tu devais changer quelque chose dans ta préparation aux concours, que changerais-tu ?

 

Je pense que j’aurais tenté de commencer plus tôt à réviser pour le TAGE MAGE, car le temps passe très vite...

 

11) Si tu devais donner 3 conseils à nos membres des communautés pour se préparer aux concours. Lesquels ?

 

Conseil n°1 : S’y prendre (des mois) à l’avance, afin de ne pas être pris de court et paniquer. Le temps passe très vite, il est alors essentiel d’anticiper et de s’entraîner au maximum afin d’augmenter ses chances d’être admis dans une école qui nous plaît. Au mieux, je conseillerais aux candidats de passer deux fois le TAGE MAGE (une fois par semestre) car les écoles récupéreront ensuite notre meilleur score auprès de la FNEGE. Il en va de même pour le TOEIC.

 

Conseil n°2 : Croyez en vous ! Ce n’est pas parce qu’un candidat a fait un bac S qu’il aura davantage de chance que vous d’être admis quelque part. Tout est question de préparation. En ce qui concerne les oraux, ils seront déterminants pour votre admission : travaillez à fond, connaissez votre projet professionnel du bout des doigts, et sachez vous démarquer des autres étudiants.

 

Conseil n°3 : Ne lâchez rien. Même si votre score obtenu au TAGE MAGE est mauvais, cela ne veut rien dire : cela ne signifie absolument pas qu’aucun établissement ne retiendra votre candidature. Si comme pour moi, vos notes de licence sont satisfaisantes, que vous avez des expériences professionnelles, internationales et sportives et que vous avez bien réussi le TOEIC, alors vous avez encore toutes vos chances ! Redoublez d’efforts et faites le maximum afin de décrocher un super score, et cela pourra compenser vos failles.

 

 

12) As-tu travaillé les concours en solo ou accompagné ?

 

Les deux. En fait, je révisais le TOEIC et le TAGE MAGE seule, confinée dans mon appartement à Dublin. Cependant, trois de mes amis français rencontrés sur place préparaient également les concours, et nous échangions souvent sur les épreuves, en s’entraidant de diverses manières, et en se partageant nos astuces. En ce qui concerne les oraux blancs, j’ai pu m’entraîner une dizaine de fois avec deux amis en visioconférence, dont un a ensuite été admis à emlyon.