SKEMA > Parcours candidat(e)s > Paul Bergeot AST2

Prénom : Paul

Nom : Bergeot

 

Série de baccalauréat + moyenne obtenue : Baccalauréat scientifique, 13,3/20

Études supérieures + moyenne générale du (ou des) diplôme(s) : DUT GEA option Gestion Comptable et Financière (13/20) + L3 sciences de gestion parcours international IAE Nantes (13,1/20)

 

Score TAGE MAGE ? TOEIC ? TAGE MAGE : 280/600 ; TOEIC : 970/990

ADMISSIBLE dans quelles écoles ? SKEMA + les écoles du concours Tremplin 2

ADMIS dans quelles écoles ? SKEMA + les écoles du concours Tremplin 2

 

Choix définitif ? SKEMA

MEDC N°1 - 3.png

1) Bonjour, peux-tu nous décrire ton parcours ?

 

Bonjour, je m’appelle Paul Bergeot, j’ai 20 ans.

Après l’obtention de mon baccalauréat scientifique option Physique-Chimie à Nantes, je me suis orienté vers un DUT GEA car c’était l’alternative parfaite à la prépa qui a le bénéfice de bien préparer à l’entrée aux grandes écoles de commerce mais qui n’avait assez pas le côté associatif et professionnalisant du DUT. Ce DUT m’a permis d’apprendre des notions théoriques en finance, gestion comptable, marketing, droit et bien d’autres mais aussi bien pratiques avec la mise en œuvre de nombreux jeux de gestion au cours de la formation.

La possibilité de se spécialiser en seconde année était un point fort car cela nous a permis d’approfondir un domaine qui nous attirait.

 

Sur le plan associatif, j’ai listé pour le Bureau Des Étudiants pendant plusieurs mois, en tant que responsable pôle événementiel. Nous avons pu démarcher de nombreuses entreprises susceptibles de nous sponsoriser et ainsi générer une attractivité au sein des étudiants de notre promotion. Pouvoir mettre à profit une énergie pro bono fut très enrichissant.

Sur le plan professionnel, j’ai effectué un stage de 2 mois à KPMG Nantes au service expertise et conseil.

 

Après ce DUT, je me suis orienté vers un IAE en L3 en parcours international, qui est souvent comparé aux écoles de commerce mais publiques car ils offrent un large panel de cours dispensés en anglais, ce qui a considérablement amélioré mon niveau d’anglais.

 

Le plus complexe a été d’équilibrer la charge de travail de la L3 avec la préparation au concours (TAGE MAGE). J’ai présenté le concours AST et Tremplin, et j’ai finalement décidé d’intégrer SKEMA Business School.

 

 

2) Quelles étaient tes expériences marquantes au moment de passer les concours ?

 

Expériences professionnelles (CDI, CDD, stages, intérim, etc.) :

- Professeur particulier mathématiques, physiques, marchés financiers, finance d’entreprise

- Étudiant tuteur comptabilité financière, fiscalité

- Stage de 2 mois à KPMG Nantes au service expertise et conseil.

 

Expériences internationales (échange, séjours linguistiques, etc.) :

- J’ai vécu pendant plusieurs années en Martinique et en Roumanie (Bucarest) plus jeune.

 

Expériences associatives :

- BDE : management d’équipes, gestion de conflits, techniques de démarchage, gestion des finances.

 

Expériences sportives :

- Capoeira (Groupe Origem Negra) depuis 9 ans

- Tennis : 7 ans

 

 

3) Quels étaient les points FORTS / FAIBLES de ta candidature aux concours ?

 

Points FORTS :

- Mon parcours académique avec ma volonté de vouloir s’investir dans l’enseignement

- Ma détermination pour trouver un stage dans un cabinet BIG FOUR

- Mon score TOEIC (970/990)

 

 

Point FAIBLE :

- Mon score TAGE MAGE (280/600) (trop faible à mon goût malgré ma préparation minutieuse pendant plusieurs mois). C’est une préparation de longue haleine qui mérite une concentration optimale lors des révisions.

 

 

4) Qu’as-tu fait pour contrecarrer tes points faibles ?

 

Pour contrecarrer mes points faibles, je me suis efforcé de :

- Trouver une cohérence dans mon parcours. Appuyer auprès des jury mon envie de travailler à l’international de par mes expériences de vie à l’étranger mais aussi avec ma volonté d’intégrer un parcours international en L3 avec de nombreux étudiants internationaux.

 

- Maximiser mon score de TOEIC. Le TOEIC compte pour beaucoup dans de nombreuses écoles, depuis petit on m’a appris à ne jamais négliger l’anglais et j’ai fait en sorte avec une lecture approfondie et une concentration lors des cours de perfectionner mon anglais. L’anglais en entretien est une manière de gagner de nombreux points et cela peut garantir une admission.

 

 

5) Quelles sont les principales difficultés des épreuves ÉCRITES aux concours selon toi ?

 

Savoir gérer son temps entre les 6 sous-tests du TAGE MAGE, ne pas succomber à la pression, prendre confiance en ses capacités. Il faut pouvoir se motiver pendant plusieurs mois, pendant de nombreuses heures. Ne jamais répondre au hasard sous peine de se faire pénaliser lors de la correction.

 

 

6) Comment t’es-tu préparée aux ÉCRITS ?

 

J’ai décidé de réviser le TAGE MAGE avec le Grand Manuel du TAGE MAGE.

 J’ai commencé en novembre pour passer une première session en décembre. J’ai donc suivi une première lecture pour comprendre la structure du concours, des éléments qui le composent avant de comprendre le fonctionnement et la structure des différentes sous-parties.

 

La première sous-partie comprenait la compréhension de texte, j’ai donc préparé cette épreuve minutieusement car il ne faut pas perdre une miette des textes présentés qui sont bourrés d’informations primordiales. Personnellement, ce fut la partie qui nécessitait le moins de préparation.

 

Il faut absolument suivre à la lettre les fiches techniques et les conseils vidéo sur les fiches qui permettent de focaliser son attention sur la précision. Personnellement, je suivais l’ensemble des fiches avant de me concentrer sur les écrits blancs. Se mettre en condition, afficher un chrono et puis 2h sans interruption avant une correction précieuse qui m’a permis de pointer mes points faibles et forts. Cette correction est une étape primordiale, il ne faut pas la négliger.

 

 

7) Quelles sont les principales difficultés des épreuves ORALES aux concours selon toi ?

 

Les épreuves orales sont selon moi plus stressantes car on est là, parmi des centaines d’étudiants, dans la même tenue venue pour la même chose que nous et il faut de démarquer à tout prix. Revoir son élocution, préparer un vocabulaire approprié, revoir sa communication non verbale, afficher un enthousiasme attirant.

Les oraux sont l’opportunité de montrer qui on est. Même si nous savons que les enjeux sont majeurs lors des oraux, il faut garder à l’esprit qu’il faut être soi-même, montrer que son parcours est cohérent, ce que l’école peut t’apporter autant sur le plan humain que professionnel et exposer une motivation qui leur donnera envie de nous sélectionner.

 

 

8) Comment t’es-tu préparé aux ORAUX ?

 

Mon père était jury lors des concours de la fonction publique, il a su me donner quelques tips précieux pour ma préparation aux entretiens comme ma communication non-verbale.

Puis, je me suis préparé une liste très complète des questions qui peuvent tomber mais celles les plus farfelues comme « Si tu étais un animal, lequel serais-tu et pourquoi ? » ou « Si tu étais un fruit, lequel serais-tu ».

J’ai également analysé l’ensemble des programmes des écoles que je présentais comme NEOMA ou SKEMA avec leur majeures, leurs programmes de spécialisation au M2, leurs accords de double-diplômes. Il faut pouvoir se renseigner pour ressortir quelques mots-clés.

 

 

9) Quelle est l’école qui t’as le plus marqué le jour de tes oraux ? (campus, ambiance, accueil, etc.). Pourquoi ?

 

Le jour de mes oraux, l’école qui m’a le plus marqué est NEOMA : la préparation des admisseurs avec une ambiance originale et une pétanque digne de ce nom.


 

10) Quel était ton projet professionnel aux oraux ?

 

Lors de mes oraux, J’ai présenté le parcours suivant :  

construire des compétences techniques dans un cabinet de renom comme EY ou KPMG puis m’orienter vers la sustainable finance au sein de WWF pour mettre à profit mon appétence pour la finance mais vers une organisation non gouvernementale internationale qui utilise des financements privés et des subventions publiques à profit de projets en lien avec la préservation de notre biodiversité et de nos écosystèmes.

 

 

11) Si tu devais changer quelque chose dans ta préparation aux concours, que changerais-tu ?

 

Faire des sessions moins longues par rapport à ce que je faisais. Pouvoir se concentrer sur 2 heures productives et constructives est parfois plus efficace. Travailler plusieurs pour demander conseils et s’aider mutuellement.

 

 

12) Si tu devais donner 3 conseils à nos membres des communautés pour se préparer aux concours, lesquels donnerais-tu ?

 

Conseil n°1 : Organiser sa préparation en ciblant des objectifs atteignables et en ne perdant ma de vue la ligne d’arrivée plus proches que l’on imagine lorsqu’on commence à préparer les concours.

 

Conseil n°2 : Anticiper la possibilité de passer 2 fois le TAGE MAGE (une fois par semestre) et passer le TOEIC autant de fois que possible avant d’obtenir un score suffisant pour obtenir des points d’avance. J’ai passé 2 fois le TOEIC avec 970/990 au premier et 945/990 au deuxième.

 

 

13) Si tu devais décrire ton école en 3 mots, que dirais-tu ? Et pourquoi ?

 

Internationale : SKEMA offre la possibilité à ses étudiants de mieux comprendre le monde qui nous entoure. Cette compréhension passe par l’opportunité de partir au sein des 7 campus de SKEMA (Brésil, Afrique du Sud, Chine, États-Unis).

 

Reconnue : SKEMA ne cesse de se perfectionner et se classe juste derrière le top 5. Sa volonté de s’améliorer chaque année en proposant un PGE aussi riche que varié est vraiment un avantage comparatif.

 

Possibilité : SKEMA offre la possibilité de s’épanouir sur le plan associatif avec ses 65 associations réparties en France et à l’international. 

 

14) As-tu travaillé les concours en solo ou accompagné ?

 

J’ai préparé les concours en solo ainsi que les oraux.

J’ai contrecarré mon score moyen au TAGE MAGE avec des oraux réussis puisque j’ai anticipé l’ensemble des questions posés et un CV projectif de qualité. Le CV projectif permet d’envisager la suite de notre parcours en intégrant SKEMA et ça nous permet de se projeter sur le plan associatif et international.