NEOMA > Parcours d'étudiant(e)s > Parcours échange au Canada de Romain Hignard

Nom + localisation de l’université de l’échange / campus à l’étranger : Carleton University, Ottawa (Canada)

Durée de l’échange : 6 mois.  

MEDC N°1 - 3.png

I – Carleton University

1) Pourquoi as-tu choisi ce pays / cette université pour ton échange à l’international ?

Dès le départ, j’ai aiguillé mes motivations autour de deux éléments : 1) un pays anglophone, 2) situé hors du continent européen.

Cela réduisait fortement les choix, ces derniers se concentrant principalement en Amérique du Nord (de par les écoles disponibles à ce moment). Parmi les villes qui m’étaient proposées, Ottawa, capitale administrative du Canada apparaissait être le meilleur choix possible pour sa proximité avec d’autres grandes villes (NYC, Boston, Montréal, Toronto, Chicago, etc.) et l’université proposée : Carleton University. L’une des meilleures universités canadiennes, avec un campus à l’américaine et tous types d’infrastructures possibles !

 

2) Quel a été le processus d’admission pour réaliser cet échange ? (moyenne de notes, entretiens, etc.).

L’IELTS est obligatoire. Pour cet échange, il fallait une note minimale de 6.5/9. Il s’agit d’une épreuve qui se déroule sur le même principe que le TOEIC par exemple. Généralement, l’école propose de le passer en interne en vue de réaliser l’échange.

Ensuite, il n’y a pas de moyenne minimum à avoir. En revanche, un classement est établi au sein de la promotion selon la moyenne scolaire. Lorsque l’étudiant choisit ses destinations potentielles, il établit un classement de plusieurs choix (n°1, n°2 etc.) ces derniers étant attribués selon le classement. Selon son classement, l’étudiant peut se retrouver avec ton choix n°7 par exemple… Ceci dit, au-delà de la destination, l’échange sera forcément une incroyable expérience.

 

3) Quels sont les 3 principaux cours que tu as suivis au cours de cet échange ? Combien d’heures de cours as-tu eues par semaine ? Quel a été ton cours préféré et pourquoi ?

Au total, j’avais quatre cours différents parmi lesquels :

- Stratégies de l’Entreprise (quelles stratégies mettre en place pour améliorer son CA : se recentrer sur son activité opérationnelle, achat, fusion, recrutement etc. ?) ;

- Managing Family Enterprise (comment gérer un business familial et les conflits que cela peut impliquer ?)

- Organizational Leadership (comment les leaders deviennent des leaders, et quels sont les différents types de leaders ?)…

Globalement, tous les cours étaient intéressants avec beaucoup d’interactions entre élèves et professeurs. Nous avions une vingtaine d’heures de cours par semaine, avec beaucoup de travaux de groupe à côté. Cela nous permettait aussi d’avoir du temps libre pour découvrir le pays, voyager et sortir.

 

4) As-tu rencontré beaucoup d’étudiants internationaux ? De quelles nationalités ?

J’ai rencontré beaucoup d’étudiants internationaux et de toutes nationalités ! Ecossais, Belges, Colombiens, Allemands, Italiens, Mexicains, Français, Luxembourgeois, etc. Il nous arrivait évidemment régulièrement de nous retrouver. Lorsque tu déjeunes avec un Italien, un Espagnol, des Colombiennes, un Allemand, un Belge et des Français, cela donne un mix culturel passionnant !

 

5) As-tu dû régler les frais de scolarité de l’université en échange ? Si oui, quel est le montant ?

J’ai réglé des frais de scolarité (quelques centaines d’euros), mais négligeables au regard du vrai coût à l’inscription pour ce type d’école (frais administratifs liés à la réalisation du dossier principalement).

 

6) Quelle est ton expérience académique/universitaire la plus marquante durant cet échange ?

Je vais évoquer une expérience à Québec City.

Nous sommes partis avec quasiment l’ensemble des étudiants en échange sur place pour un week-end. Il y a 6 heures de bus entre Ottawa et Québec City. Compte-tenu de la forte tempête de neige, nous avons dû nous arrêter sur le trajet, dans la campagne québecoise pour dormir à l’hôtel et repartir le lendemain matin, tôt. Nous sommes donc arrivés sur place le samedi matin avec un magnifique ciel bleu mais entre -20 et -25 degrés en moyenne. Sur ce week-end, il y avait un festival organisé au sein de la ville dans le Vieux Quebec. Ville particulièrement charmante, bourg à la Française avec des mètres et des mètres de neige. Nous avons profité du festival ensuite, avec beaucoup d’animations possibles, des bars, des DJs, etc. Nous logions dans un petit hôtel dans le centre. Nous sommes sortis en boite de nuit le soir puis sommes partis le dimanche dans l’après-midi. Tous les éléments étaient réunis pour passer un excellent week-end à la canadienne.

 

7) Cet échange a-t-il modifié / confirmé ton projet professionnel ?

D’un point de vue professionnel, je n’ai pas réellement approfondi mes motivations au cours de cet échange. En revanche, je pense avoir gagné en maturité et en ouverture d’esprit, qualités probablement nécessaires dans le monde professionnel. Il faut également savoir être débrouillard, parler une langue qui n’est pas la sienne et savoir être avenant et sociable pour rencontrer de nouvelles personnes.

 

II – La vie à Ottawa

8) Le coût de la vie (logement, nourriture, transports, etc.) est-il élevé dans cette ville / ce pays ?

Cela reste globalement assez cher. J’étais en collocation avec deux Canadiens et une Tunisienne (sur place depuis quelques années). Je payais environ 650 € par mois (800 dollars canadiens), raisonnable pour l’endroit où j’étais (dans le Glebe, entre le centre et l’université, idéal). Pour le reste, les prix restent similaires à ce que l’on a en France.

 

9) La vie au quotidien est-elle facile/pratique (trouver un logement, se déplacer, sortir, internet, etc.) ?

Pour ma part, tout s’est parfaitement déroulé.

C’était également le cas pour les autres étudiants en échange, a priori. Le Canada reste un pays hyper développé, un mix entre les USA et l’Europe. C’est donc facile d’y vivre, malgré le froid hivernal. Les grandes villes sont assez actives et organisent beaucoup d’événements le week-end.

 

10) As-tu eu beaucoup de temps libre ? Que faisais-tu durant ton temps libre ?

Nous n’avions pas beaucoup d’heures de cours. Même si, nous avions pas mal de travail en dehors, nous trouvions facilement le temps pour sortir et découvrir le pays. La semaine, nous restions sur Ottawa pour visiter et profiter des aspects culturels offerts par la ville (musées, expositions, etc.).

Le week-end, nous en profitions pour bouger vers d’autres villes : Montréal, Toronto, Québec City, NYC, Boston, etc. Nous sortions régulièrement avec les étudiants internationaux pour boire des verres (Craft Beer Market dans le Glebe par exemple) et finir la soirée dans une des colocations disponibles.

 

11) As-tu voyagé dans d’autres pays/villes ? Si oui, lesquels ?

Oui : Montréal, Toronto, Québec City, NYC, Boston, etc. Nous passions quelques jours dans chacune des villes. C’est l’avantage d’Ottawa, être globalement assez proche de beaucoup de grandes villes. C’est assez long de faire un trajet Ottawa – NYC mais à l’échelle américaine, cela reste court (10 heures de bus). Chacune des villes ont leurs spécificités. Toronto, bien qu’étant une ville canadienne, est purement américaine de par les nombreux gratte-ciels. D’ailleurs, il faut en profiter pour aller voir les Raptors, équipe de NBA (véritable show à l’américaine). J’ai également beaucoup aimé Québec City et Montréal, active de nuit comme de jour avec beaucoup d’activités à faire sur place : un mélange entre Europe et Amérique du Nord à ne pas manquer.

 

III - Conclusion

12) Quels conseils donnerais-tu à des étudiant(e)s qui souhaitent réaliser cet échange à l’international (voyages, vie quotidienne, logement, transports, etc.) ?

Partir à l’étranger est une expérience qui marque toute une vie.

Au-delà de la simple destination, nous découvrons une nouvelle culture et de nouvelles personnes toutes plus intéressantes les unes que les autres. Nous sommes des animaux sociaux et avons besoin de ces moments pour évoluer en tant qu’être humain, avoir des choses à raconter et apprendre des autres. Cela développe aussi une certaine visibilité et une forte lucidité sur le monde qui nous entoure. C’est comme un grand bol d’air frais (particulièrement frais au Canada).