NEOMA > Parcours d'étudiant(e)s > Échange à CESA en Colombie de Marie Génibre

NEOMA PE Bogota réduite.jpg

Nom de l’université partenaire : Centro de Estudios Superiores de Administración (CESA), Bogotá (Colombie)

Durée de l’échange : 6 mois (janvier à juillet)

 

1) Pourquoi as-tu choisi ce pays / cette université pour ton échange à l’international ? 

- Raison n°1 : Le CESA est une université très réputée en Colombie, ainsi que sur tout le continent sud-américain. Beaucoup de personnalités politiques et de chefs de grandes entreprises colombiennes sont diplômés de cette institution, j’ai donc saisi cette chance.

 

- Raison n°2 : Le CESA est une institution dédiée aux études de management. J’ai choisi le CESA car étudier dans une université à taille humaine me rassurait : les professeurs connaissent tous les élèves, et tous les élèves se connaissent entre eux ce qui me semblait plus intéressant pour faire de nouvelles rencontres et être immergé dans la culture colombienne. 

 

- Raison n°3 : La Colombie est un pays qui m’attirait depuis longtemps, particulièrement pour sa diversité. Chaque région a sa culture, son accent, son vocabulaire, sa cuisine, et même son propre climat ! C’est également un pays où l’on peut découvrir beaucoup de paysages différents : de la mer des Caraïbes à l’Amazonie, en passant par le désert, il y en a pour tous les goûts !

 

2) Quel a été le processus d’admission pour réaliser cet échange ?

Pour réaliser cet échange, je devais attester d’un niveau C1 en espagnol et en anglais. Une fois les tests passés, j’ai simplement classé les universités selon mon ordre de préférence.

J’ai également dû rédiger une lettre de motivation en anglais expliquant les raisons pour lesquelles je souhaitais réaliser mon échange au CESA en Colombie.

 

 

3) Quels sont les 3 principaux cours que tu as suivis au cours de cet échange ? Combien d’heures de cours as-tu eu par semaine ? Quel a été ton cours préféré et pourquoi ? 

  • Cours n°1 : Histoire Économique

  • Cours n°2 : Marketing du Luxe

  • Cours n°3 : Innovation et Créativité

J’avais 18 heures de cours par semaine, que j’ai réussi à condenser du lundi au mercredi afin de profiter d’un long week-end pour visiter le pays. Mon cours préféré a été celui d’Innovation et Créativité. Tout au long du semestre, nous devions développer un produit innovant en groupe puis le présenter à la classe.

MEDC N°1 - 3.png

4) As-tu rencontré beaucoup d’étudiants internationaux ? De quelles nationalités ?

La plupart des étudiants internationaux qui étaient sur le campus étaient français, il y avait également quelques Allemands et quelques Hollandais. J’ai en revanche rencontré d’autres étudiants qui étaient en échange dans d’autres universités colombiennes au cours de mes sorties ou voyages. Le fait de ne pas être beaucoup d’étudiants internationaux dans mon université ne m’a pas du tout dérangé, au contraire je trouve que cela favorise l’intégration auprès des étudiants colombiens puisqu’ils ne nous considéraient pas comme un groupe « à part » dans l’école.

 

 

5) Quelle est ton expérience (académique, personnelle, associative, etc.) la plus marquante durant cet échange ? As-tu eu beaucoup de temps libre pour profiter du pays ?

J’avais fait en sorte d’avoir des week-ends de quatre jours au moment de choisir mes cours. J’ai donc pu profiter en profiter pour voyager dans tout le pays.

Je dirais que mon expérience la plus marquante a été mon séjour dans une auberge de jeunesse sur pilotis, au milieu de l’archipel des îles San Bernardo, dans la mer des Caraïbes. C’était un moment hors du temps, un véritable rêve éveillé.

 

 

6) Le coût de la vie (logement, nourriture, transports, etc.) est-il élevé dans cette ville / ce pays ?

Le coût de la vie est bien inférieur à celui de la vie en Europe, ce qui permet de profiter du pays sans trop faire de sacrifices.

Pour le logement il faut compter environ 300 € par mois, pour la nourriture environ 150€ par mois (le prix moyen d’un plat au restaurant est de 5€), et pour les transports tout dépend de votre programme : un trajet de dix minutes en taxi revient environ à 2€ et le prix d’un billet d’avion pour un vol national n’excède jamais les 50 € aller/retour.

 

 

7) As-tu dû régler les frais de scolarité de l’université en échange ? Si oui, quel est le montant ?

Non, je n’ai réglé aucun frais de scolarité supplémentaire. Je n’ai pas non plus à régler de frais supplémentaires pour accéder aux autres services mis en place par l’école (cours de sport, de photographie, de yoga, …)

 

 

8) Cet échange a-t-il modifié / confirmé ton projet professionnel ?

J’ai effectué mon année de césure avant de partir en échange. Mes deux stages de 6 mois m’avaient donc déjà confirmé mon projet professionnel.

L’échange en Colombie m’a de son côté permis de confirmer ma volonté de travailler en Amérique latine. C’est un marché en plein développement ce qui laisse place à une créativité sans limites !

J’ai cependant pris conscience des conditions de travail qui sont bien moins confortables qu’en France : le salaire moyen est bien plus bas, il n’y a pas de congés payés ni de dispositif de chômage ou de congé maladie. Cela peut faire peur, mais étonnamment je trouve que les Colombiens sont beaucoup moins stressés au travail !

 

9) Quels conseils donnerais-tu à des étudiant(e)s qui souhaitent réaliser cet échange à l’international (voyages, vie quotidienne, logement, transports, etc.) ?

- Conseil n°1 : Organiser son emploi du temps de façon à avoir un week-end de 3 ou 4 jours : c’est essentiel pour découvrir le pays. Bogota est une ville très grande, très dynamique, et donc très agréable à vivre, mais je trouve qu’elle n’est pas vraiment représentative de la Colombie.

 

- Conseil n°2 : Vivre en colocation/résidence étudiante avec des Colombiens. 6 mois d’échange ça peut paraître long, mais ça passe en réalité très vite, et vivre avec des Colombiens me paraît le meilleur moyen de comprendre la culture assez rapidement pour ensuite profiter de tout ce que le pays à te faire découvrir !

 

- Conseil n°3 : Demander le prix de la course avant de monter dans un taxi ;) Dans la plupart des villes, les taxis n’ont pas de compteur, ils déterminent donc le prix « à la tête du client ». Le mieux est encore de commander un taxi via une application (Cabify ou InDriver).