INSEEC > Professionnel > La place des stages dans le cursus Grande École de l'INSEEC

INSEEC pro stage réduite 1.jpg

L’INSEEC fait de l’insertion professionnelle choisie un pilier majeur de son Programme Grande École (grade Master, bac +5). En effet, à toutes les étapes du Master, la priorité est donnée à l’entreprise et à l’employabilité. Dans cet objectif, l’INSEEC Grande École réalise chaque année pour ses étudiants 3 000 conventions de stage ou contrats professionnels, des stages humanitaires et offre diverses opportunités d’alternance. En particulier, les stages rythment la formation des étudiants de l’INSEEC Grande École, avec de nombreuses possibilités de la Licence 3 au Master 2.

 

 

Des périodes en entreprise obligatoires

 

Le monde professionnel évoluant très rapidement, il est primordial que les étudiants s’y forment et s’y adaptent, et ce, dans des situations réelles d’emploi et non pas seulement théoriques via les cours académiques. C’est pourquoi l’INSEEC a inscrit dans son projet pédagogique des périodes obligatoires de stage en entreprise à chaque année d’étude.

 

Aucune de ces périodes de stage n’est inférieure à 2 mois (durée minimale pour que l’étudiant soit payé pour les stages en France), ce qui offre aux étudiants de l’INSEEC la possibilité de financer une partie de leurs études grâce aux gratifications de stage (avec une gratification légale minimale d’environ 600 euros mensuels soit 3,90€ de l’heure).

 

 

Un stage en entreprise chaque année

 

L’année de Licence 3 a pour ambition d’élargir et approfondir les savoirs fondamentaux (savoir, savoir-être et savoir-faire) des étudiants pour leur permettre de s’adapter à un monde qui change, et en particulier à un monde professionnel en pleine mutation. À la suite de deux semestres académiques sur les campus de l’INSEEC, l’étudiant doit réaliser un stage de minimum 10 semaines, réalisé entre la Licence 3 et la Master 1. Cette première immersion en entreprise a pour objectif la découverte de l’entreprise, et l’implication du stagiaire dans son fonctionnement quotidien. Celui-ci peut se dérouler en France, ou alors à l’étranger, permettant ainsi aux étudiants d’améliorer leur niveau en langue étrangère.

 

Le Master 1 marque le début de l’orientation des étudiants vers un premier choix de professionnalisation entre les différentes sciences de gestion.  À la fin de cette deuxième année, les étudiants doivent réaliser un stage de 12 semaines minimum. Celui-ci leur permet de confirmer leurs centres d’intérêt et leur projet professionnel, afin de faciliter le choix en Master 2 de leur Parcours Métier. Comme le premier stage, celui-ci peut se dérouler autant en France qu’à l’étranger. Néanmoins, ce stage fait suite à un semestre académique en université partenaire à l’étranger. Il peut donc être intéressant pour les étudiants de choisir de faire ce stage dans le même pays que l’échange académique, afin de poursuivre l’expérience internationale, et de lui donner une orientation professionnelle. 

 

Enfin, le Master 2 vise à préparer l’entrée sur le marché du travail de l’étudiant, et donc à l’orienter vers son premier métier. Pour cela, il a choisi une spécialisation, ou Parcours Métier (par exemple, « Finance & Risks ») grâce à son expérience précédente de stage. Cette dernière année du Programme Grande École de l’INSEEC se termine au second semestre de M2 par un stage de fin d’études, qui peut, une fois de plus, se réaliser en France ou à l’étranger et doit durer 6 mois afin de valider le Master 2. Ce stage s’inscrit naturellement dans la continuité du Parcours Métier, avec la possibilité pour les étudiants de mettre en pratique leurs enseignements théoriques. De nombreux stages de fin d’études ouvrent la possibilité d’une embauche en CDI ou CDD, ce qui fait de ce dernier stage un tremplin vers l’emploi

MEDC N°1 - 3.png

L’année de césure optionnelle

 

Le Programme Grande École peut se dérouler sur 3 ans, ou en 4 ans si l’élève décide de réaliser une année de césure, qui vise un enrichissement professionnel et personnel. Durant cette année de césure, l’étudiant est en possibilité de réaliser deux longs stages en entreprise, par exemple deux stages de 6 mois, en entreprise ou en association. L’étudiant est libre de les réaliser en France ou à l’étranger.

 

Cette année de césure est très recherchée par les entreprises, car il s’agit de stages longs. La seconde partie de césure ouvre généralement pour l’étudiant la possibilité de réaliser des stages auxquels il n’avait pas accès en première partie de césure. En effet, certains stages requièrent déjà une solide expérience professionnelle et ne sont pas accessibles avec une expérience de stage de 2-3 mois uniquement. Cette césure permet aux étudiants d’enrichir leur CV et d’augmenter leurs chances de trouver le stage de fin d’études de leurs rêves en Master 2.

 

 

Le récapitulatif : 4 périodes possibles de stage

 

- 10 semaines minimum en L3 (obligatoire)

- 12 semaines minimum en M1 (obligatoire)

- 12 mois ou moins pendant l’année de césure (optionnel)

- 6 mois à la fin du M2 (obligatoire)

 

Il importe de garder en tête que les stages ne sont pas les seules opportunités de professionnalisation. En effet, l’accent est également mis sur les possibilités d’alternance dès le Master 1, permettant aux étudiants de poursuivre une mission en entreprise tout au long de leur Master, tout en suivant un cursus académique adapté.