HEC Paris > Parcours d'étudiant(e)s > Tom – double diplôme HEC Paris / Mines ParisTech

Nom du double diplôme suivi / obtenu : HEC Paris / Mines ParisTech

Nom + localisation des écoles du double diplôme : HEC Paris (Jouy-en-Josas) / Mines ParisTech (Paris)

Durée du double diplôme : 5 ans (dont 2 ans aux Mines ParisTech)

 

1) Pourquoi as-tu choisi ce double diplôme ?

À la fin de la terminale, je n’étais pas vraiment intéressé par les écoles de commerce, tout ce que je voulais, c’était faire des maths, de la géopolitique et de la physique !

J’ai longtemps hésité entre une prépa scientifique, commerce et Sciences Po ! J’ai fini par me diriger vers une prépa HEC, parce qu’une fois en école, je savais que j’aurais l’opportunité de faire un double diplôme avec une école d’ingénieur ou Sciences Po.

Une fois que je suis arrivé à HEC, je me suis rendu compte que c’était plus compliqué de devenir ingénieur avec une formation purement géopolitique, et je me suis donc naturellement dirigé vers le double diplôme avec les Mines. J’ai préféré les Mines plutôt que Polytechnique (dont le double diplôme est également proposé par HEC) pour une question de charge de travail. La préparation aux concours de Polytechnique débute dès la rentrée de L3, et personnellement, j’avais envie de profiter pleinement de la vie associative en première année !

 

2) Quel a été le processus d’admission à ce double diplôme ?

En première année à HEC, j’ai eu l’opportunité de faire une licence de maths. C’est optionnel, mais c’est toujours utile pour ne pas perdre les notions acquises en prépa !

L’inscription au double diplôme HEC / Mines est proposée au cours du mois de janvier de M1. Seuls un CV et une lettre de motivation sont demandés pour valider son inscription aux épreuves écrites. Ces dernières ont lieu en mars ou avril et sont composées de 2 QCM de maths et physique. Chaque épreuve dure 1 h 30. Le programme de maths est similaire au programme de prépa ECS (calcul matriciel, résolution d’équations différentielles, intégration, etc.) et le programme de physique se cantonne au programme de Terminale S et à quelques notions du programme de première année de prépa PCSI. Dans la semaine qui suit, les candidats admissibles sont appelés pour passer les épreuves orales, à savoir un oral de maths, un oral de physique et un entretien avec le directeur des études des Mines.

Le processus d’admission est assez sélectif. Dans ma promotion, nous étions 20 candidats à l’écrit pour 4 admissibles et seulement 3 admis.

 

3) Quels sont les principaux cours que tu as suivis au cours de cet échange ? Combien d’heures de cours as-tu eues par semaine ? Quel a été ton cours préféré et pourquoi ?

Auparavant, le programme de M1 aux Mines était le même pour tout le monde : il s’agissait d’un gros tronc commun avec des matières purement « ingé » comme les statistiques, la mécanique des fluides, etc. Mais depuis la rentrée 2021, le programme a été complètement remodelé pour permettre aux étudiants de choisir leurs cours. J’ai pu ainsi me spécialiser dans l’intelligence artificielle, grâce à deux premiers trimestres « ingé » centrés sur la réalité virtuelle (avec la création d’un escape game) et le développement d’une application de A à Z et un troisième trimestre « recherche » sur la détection d’anomalie à partir d’images. Ce fonctionnement par trimestres permet de travailler sur des projets de groupe en totale autonomie, ce qui fait vraiment la différence par rapport à des cours d’école d’ingénieurs classiques. Être à fond sur un projet pendant 3 mois demande beaucoup d’investissement, et c’est beaucoup plus motivant qu’un cours magistral ! Pour ce qui est des électifs, j’avais choisi des cours de statistiques, de maths et de deep learning.

Par semaine, j’avais entre 20 et 25 heures de cours pour mon projet de groupe, 5 heures de cours électifs et 2 heures de cours consacrées au sport.

Sans aucune hésitation, le cours sur la réalité virtuelle a été le plus passionnant. Créer un escape game en réalité virtuelle en 2 mois, c’était génial !

 

4) Quelle est ton expérience (académique, personnelle, associative, etc.) la plus marquante durant ce double diplôme ?

Ce qui m’a vraiment marqué en arrivant en école d’ingénieurs, c’est que les AST ne sont pas du tout mis à part comme en école de commerce. Au contraire, les étudiants sont bienveillants et très accueillants, surtout aux Mines, où les promotions sont toutes petites. Je garde un super souvenir de la soirée de la Cousinade en début d’année. Le concept de la soirée est simple : à chaque AST est attribué un « cousin de promo » qu’il est amené à découvrir tout au long de la soirée grâce à des jeux !

MEDC N°1 - 3.png

5) As-tu dû régler les frais de scolarité de l’école partenaire ? Si oui, quel est le montant ?

Non, il n’y a pas de frais de scolarité supplémentaires.

 

6) Quel est ton projet professionnel après l’obtention de ce double diplôme ?

J’aimerais bien faire carrière dans le deep learning appliqué à la défense ou aux relations internationales. Avant ce double diplôme, j’étais déjà très intéressé par la géopolitique. Les Mines m’ont apporté le côté intelligence artificielle qu’il manquait à mon projet professionnel. 

 

7) Quels conseils donnerais-tu à des étudiant(e)s qui souhaitent candidater / réaliser ce double diplôme ?

Un conseil : travaillez les écrits ! Pour se familiariser avec les matières, je préconise de se remettre au travail dès la Toussaint, surtout si vous n’avez pas fait de licence de maths en L3.

L’épreuve de maths est essentielle dans le sens où les correcteurs ne vont pardonneront pas de ne pas être excellent dans ce que vous êtes censés maîtriser, mais globalement, ceux qui auront travaillé sérieusement auront à peu près tous le même niveau aux QCM. Ce qui permet de faire la différence, c’est la physique, car les niveaux sont nettement plus hétérogènes ! Pour être bon à l’épreuve de physique, mieux vaut se concentrer sur les bases et bien les maîtriser. De toute manière, il est impossible de reprendre tout le programme de première année de PCSI.