HEC Paris > Parcours d'étudiant(e)s > Anhvi Defaux – Échange à l’international : FGV EBAPE Rio de Janeiro

Nom + localisation de l’université de l’échange / campus à l’étranger : Fundação Getulio Vargas EBAPE à Rio de Janeiro, Brésil

Durée de l’échange : 5 mois

 

Fundação Getulio Vargas

1) Pourquoi as-tu choisi ce pays / cette université pour ton échange à l’international ?

Raison n°1 : Quand on intègre HEC en L3, on a le choix entre partir à l’étranger ou faire une licence. Pourquoi ai-je choisi l’expérience à l’international ? Tout simplement pour faire une coupure, changer d’air, prendre du temps pour moi et prendre le temps de découvrir de nouvelles cultures. Partir 5 mois à l’autre bout du monde est une opportunité que l’on ne peut saisir qu’une seule fois dans sa vie ! Et partir 5 mois loin du campus de HEC est une manière de se retrouver soi-même après 2 ans de prépa et une vie de campus pas toujours facile à appréhender…

 

Raison n°2 : Rio de Janeiro était la plus belle destination proposée parmi les échanges à HEC. Je voulais partir au soleil avant tout, et j’avais nul doute que cette ville emblématique du Brésil offrait des paysages exceptionnels entre les montagnes et la mer.

 

Raison n°3 : L’université FGV EBAPE à Rio de Janeiro a été la première école d’administration de toute l’Amérique latine. Difficile de refuser ce privilège d’aller étudier dans cette école reconnue sur tout le continent latino-américain !

 

2) Quel a été le processus d’admission pour réaliser cet échange ? (moyenne de notes, entretiens, etc.).

Le choix de partir à l’étranger à HEC se fait dès la rentrée en L3. L’admission se fait sur lettre de motivation uniquement, et en fonction des places disponibles dans l’université demandée. La destination de Rio de Janeiro est plus ou moins à la mode selon les promotions. À titre d’exemple, mon année, nous étions seulement 4 à demander cette destination alors que 10 places étaient disponibles !

 

3) Quels sont les 3 principaux cours que tu as suivis au cours de cet échange ? Combien d’heures de cours as-tu eues par semaine ? Quel a été ton cours préféré et pourquoi ?

Cours n°1 : "Derivatives", un cours de finance de marché assez mathématique, très utile pour mieux comprendre le monde de la Bourse !

 

Cours n°2 : "Civil society and Global Governance", un petit rappel de géopolitique qui ne fait pas de mal !

 

Cours n°3 : "Fundamental of Marketing Analytics", un cours de marketing comme on a pu avoir à HEC.

Les cours se déroulaient le matin, sur 3 à 4 jours par semaine, ce qui permettait d’avoir un week-end prolongé !

Mon cours préféré a été le cours "Derivatives", il changeait un peu des cours classiques qu’on avait pu avoir à HEC et permettait d’en découvrir un peu plus sur la finance de marché.

 

4) As-tu rencontré beaucoup d’étudiants internationaux ? De quelles nationalités ?

Lorsque je cherchais un logement, on m’a conseillé d’aller habiter dans une “Republica”, autrement dit, une colocation entre étrangers. La maison que j’ai trouvée disposait d’une quarantaine de chambres, toutes habitées par des étudiants de toutes nationalités : espagnols, portugais, brésiliens, allemands, néerlandais… C’était idéal pour rencontrer des étrangers ! J’ai ainsi pu profiter de mon expérience à l’international pleinement et passer 5 mois à faire la fête avec tout un tas d’étudiants internationaux.

MEDC N°1 - 3.png

5) As-tu dû régler les frais de scolarité de l’université en échange ? Si oui, quel est le montant ?

Non, aucun frais de scolarité additionnels ne m’ont été demandés sur place.

 

6) Quelle est ton expérience académique/universitaire la plus marquante durant cet échange ?

Dès la rentrée, le Bureau des Élèves de la FGV EBAPE organise une soirée d’accueil qui débutait à 15h. La soirée valait le coup : tout était à volonté, même les churros ! Cet événement m’a permis d’être directement mise dans le bain, de m’immerger dans l’ambiance de l’école et surtout de découvrir l’atmosphère des soirées brésiliennes…

 

7) Cet échange a-t-il modifié / confirmé ton projet professionnel ?

Cet échange ne m’a pas particulièrement apporté sur le plan professionnel, si ce n’est le cours de finance de marché, qui a peut-être renforcé mon appétence pour le milieu et mon ambition d’effectuer un stage dans ce domaine l’année suivante (ce que j’ai fait !).

 

La vie au Brésil

8) Le coût de la vie (logement, nourriture, transports, etc.) est-il élevé dans cette ville / ce pays ?

La vie n’est pas très chère à Rio : mon logement me coûtait 330 euros par mois, et la carte de métro seulement 20 euros par mois (le ticket de métro coûte 4,60 réais soit 1 euro). Pour ce qui est de la nourriture, je m’étais fixé un budget de 200 euros par mois qu’il est très facile de respecter grâce aux nombreux marchés partout dans la ville où les fruits et les légumes ne coûtent rien ! Cela me permettait de me faire plaisir sur les restaurants, qui sont, eux aussi, très abordables. Il est possible de se faire un très bon restaurant pour 10 euros !

 

9) La vie au quotidien est-elle facile/pratique (trouver un logement, se déplacer, sortir, internet, etc.) ?

La vie au Brésil est relativement facile. Trouver un logement a pour ma part été simple puisque j’ai suivi des recommandations d’anciens élèves qui étaient partis à Rio une année avant moi.

Pour ce qui est des déplacements, Rio est une ville très encombrée. Les bouchons sont presque permanents, ainsi un trajet en voiture vous prendra toujours plus longtemps que prévu. Le métro est néanmoins très rapide et pratique.

Pour sortir, il faut rester vigilant. Rio, comme le veut sa réputation, est une ville dangereuse. Il ne faut pas s’aventurer dans les favelas non pacifiées, et éviter de se balader seul(e) la nuit. Les principaux risques, de jour comme de nuit, sont de se faire voler ordinateur, portable, porte‐monnaie ou encore tongs sur la plage.

Enfin, internet est facilement accessible partout (il y a le wifi dans tous les endroits touristiques). J’avais personnellement choisi un forfait Free à 20 euros par mois qui me permettait d’utiliser mon portable sur place.

 

10) As-tu eu beaucoup de temps libre ? Que faisais-tu durant ton temps libre ?

Comme j’avais cours que le matin, je passais très souvent mes après-midis à la plage ! Rio regorge de plages toutes plus belles les unes que les autres, même si les plages d’Ipanema et Copacabana restent de véritables institutions.

 

11) As-tu voyagé dans d’autres pays/villes ? Si oui, lesquels ?

Grâce à mon emploi du temps plutôt léger, j’ai pu visiter les alentours de Rio (Buzios, Ilha Grande), mais également le Nordeste du Brésil (Jericoacoara, Lençois Maranhenses) ainsi que Salvador de Bahia ! Comme 25 % d’absence par cours était tolérée sur tout mon semestre, j’en ai profité pour partir une semaine en Bolivie et une semaine au Pérou, où j’ai eu la chance de faire le trek jusqu’au Machu Picchu : une expérience magique et inoubliable.

 

12) Quelle est ton expérience personnelle/associative la plus marquante durant cet échange ?

Ce qui m’a le plus marqué lors de ce séjour, c’est une randonnée que nous avions faite au milieu de la nuit pour pouvoir admirer le lever de soleil sur la baie de Rio. Cette randonnée nécessitait de passer par une favela pacifiée à dos de mototaxi brésilienne… une vraie aventure qui m’a clairement appris à lâcher prise ! Ce lever de soleil sur la ville de Rio a sans aucun doute été le plus beau lever de soleil que j’ai vu de toute ma vie.

 

 

Conclusion

13) Quels conseils donnerais-tu à des étudiant(e)s qui souhaitent réaliser cet échange à l’international (voyages, vie quotidienne, logement, transports, etc.) ?

Conseil n°1 : Rencontrez du monde ! La ville de Rio regorge d’étudiants internationaux venus profiter de la vie brésilienne si festive et chaleureuse. Se faire des amis à l’étranger n’a jamais été aussi facile, surtout quand on habite dans une colocation de 40 étudiants…

 

Conseil n°2 : Voyagez autour du Brésil ! Être à Rio, c’est aussi avoir l’Amérique latine à portée de bras. Toutes les destinations sont accessibles, et c’est l’occasion rêvée de faire le tour du plus beau continent du monde.

 

Conseil n°3 : Ne craignez pas les préjugés sur l’insécurité à Rio. Avant de partir, mon entourage m’avait largement mise en garde contre la criminalité et le côté dangereux de la ville. En 5 mois je n’ai finalement eu aucun problème, pas d’agression, de vol ou de mauvaise rencontre. Pourtant je suis sortie, je suis allée dans des favelas, je suis allée dans des soirées de rue : il faut rester prudent, mais Rio n’est pas forcément une ville où l’on se sent en insécurité. Pour moi, les Cariocas (habitants de Rio) sont bienveillants, souriants et veulent profiter de la vie.