HEC Paris > Parcours d'étudiant(e)s > Pierre - Échange universitaire à la SMU

HEC Noémie Sahuc Echange SMU réduite 1.jpg

Nom + localisation de l’université de l’échange / campus à l’étranger : Singapour Management University (Singapour)

Durée de l’échange : 5 mois

 

Singapour Management University

1) Pourquoi as-tu choisi ce pays / cette université pour ton échange à l’international ?

Raison n°1 : Je voulais partir dans un pays anglophone ! Tout d’abord, pour m’améliorer en anglais parce que je parle déjà couramment espagnol (je suis argentin) mais également pour pouvoir communiquer facilement dans le pays.

 

Raison n°2 : J’avais très envie de découvrir le continent asiatique. Singapour est une ville réputée pour sa proximité avec les destinations les plus prisées d’Asie, et je savais qu’en partant là-bas, j’allais pouvoir facilement voyager dans des endroits super dépaysants !

 

Raison n°3 : Faire un échange à la SMU, c’était l’opportunité unique d’étudier dans la 12ème meilleure université au monde selon le classement Quacquarelli Symonds World University Rankings !

 

 

2) Quel a été le processus d’admission pour réaliser cet échange ? (Moyenne de notes, entretiens, etc.).

A HEC, on peut partir 5 mois à l’étranger dès l’année de L3. C’est un choix qui nous est demandé dès la première semaine de la rentrée (le temps de réflexion est donc très court). Singapour est une destination plutôt demandée, donc il faut s’assurer d’avoir une lettre de motivation « béton » car l’admission se joue uniquement sur cette lettre !

 

3) Quels sont les 3 principaux cours que tu as suivis au cours de cet échange ? Combien d’heures de cours as-tu eues par semaine ? Quel a été ton cours préféré et pourquoi ?

J’ai suivi 4 cours à la SMU, dont 3 cours très « politiques » (Chinese Foreign Policy, Theory of Politics et South-East Asia History) et un cours plus tourné développement durable (Sustainable Cities).

J’avais environ  12h de cours par semaine. Mon cours préféré a été South-East Asia History car il permettait d’aborder l’histoire de l’Asie du Sud Est d’un point de vue beaucoup moins européo-centré, ce qui est très différent des enseignements classiques d’Histoire que j’ai pu avoir depuis le début de ma scolarité.

 

4) As-tu rencontré beaucoup d’étudiants internationaux ? De quelles nationalités ?

La SMU est remplie d’étudiants internationaux ! Dans ma classe, il y avait beaucoup d’européens (allemands, suisses, belges) et d’américains. En dehors des cours, j’habitais dans une colocation avec trois autres français, un belge, un allemand et un suisse.

 

5) As-tu dû régler les frais de scolarité de l’université en échange ? Si oui, quel est le montant ?

Non, aucun frais de scolarité m’a été demandé sur place.

 

6) Quelle est ton expérience académique/universitaire la plus marquante durant cet échange ?

J’ai été particulièrement surpris par l’importance des présentations orales dans les cours à la SMU. En France, on a plutôt tendance à délaisser les interrogations orales au profit des évaluations écrites, alors qu’à Singapour, les étudiants consacrent énormément de temps à la préparation de ces oraux : ils travaillent à fond sur leur support de présentation, apprennent leur texte par cœur, préparent les questions éventuelles, etc. Je n’avais pas du tout l’habitude ! Cela m’a forcé à être rigoureux dans mon travail afin d’être à la hauteur des attentes des professeurs de la SMU.

 

7) Cet échange a-t-il modifié / confirmé ton projet professionnel ?

Oui, je dirais que cela m’a convaincu que je ne ferai pas carrière à l’étranger ! Je me suis rendu compte que j’avais besoin d’être proche de mes amis et de ma famille et que la vie d’expatrié n’était pas faite pour moi. Un échange à 10 000 km de chez moi, c’est largement suffisant… Finalement, cela a confirmé le fait que je n’ai pas besoin d’aller aussi loin pour être dépaysé : l’Europe, c’est tout aussi bien !

MEDC N°1 - 3.png

La vie à Singapour

8) Le coût de la vie (logement, nourriture, transports, etc.) est-il élevé dans cette ville / ce pays ?

Le coût de la vie est globalement assez cher à Singapour. En particulier, le logement n’est vraiment pas donné : je payais 600 euros de loyer par mois pour partager une chambre dans une colocation, soit un prix largement comparable au prix du logement à Paris ! Pour ce qui est de la nourriture, ce qui coûtait relativement cher, c’était de manger européen ou d’acheter des produits importés (viande, laitages, alcool). La petite astuce pour ne pas trop dépenser en nourriture à Singapour, c’est d’aller se restaurer dans les foodcourt qui proposent de manger local pour seulement 2-3 euros, une aubaine ! Enfin, les transports sont moins chers qu’à Paris mais ne sont pas donnés pour autant (compter 1 euro le ticket de métro).

 

9) La vie au quotidien est-elle facile/pratique (trouver un logement, se déplacer, sortir, internet, etc.) ?

La vie à Singapour est très pratique : c’est une ville propre, super bien desservie, très développée. On se sent vraiment en sécurité partout et à tout moment de la journée ! Il y a des mall partout, donc il est possible d’acheter tout et n’importe quoi à n’importe quelle heure de la journée aussi. Trouver un logement peut s’avérer être plus compliqué si l’on vient de l’étranger. Personnellement, j’avais trouvé mon logement grâce à un ancien élève d’HEC qui avait effectué le même échange. Sinon, je sais que l’université aide pas mal d’étudiants à trouver des logements à distance !

 

10) As-tu eu beaucoup de temps libre ? Que faisais-tu durant ton temps libre ?

Avec 12 heures de cours par semaine, j’avais effectivement beaucoup de temps libre !

Pendant ce temps libre, j’ai surtout voyagé partout en Asie, comme cela ne coûtait pas grand-chose. J’ai aussi pas mal visité Singapour, qui reste une ville sympa à découvrir. En revanche, je regrette de ne pas avoir pris le temps de participer aux événements associatifs organisés par l’université.

 

11) As-tu voyagé dans d’autres pays/villes ? Si oui, lesquels ?

Partir à Singapour, c’est l’idéal pour découvrir toute l’Asie.

J’ai pu visiter la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines, le Vietnam, la Birmanie, la Thaïlande, et même Hong Kong ! A chaque voyage, le coût du transport ne dépassait jamais 200 euros aller-retour, et je me débrouillais pour toujours utiliser le moyen de transport le plus abordable (bus, bateau). Le point positif, c’est qu’une fois dans les pays voisins, la vie ne coûtait vraiment pas cher du tout !

 

12) Quelle est ton expérience personnelle/associative la plus marquante durant cet échange ?

J’ai vraiment été impressionné par mon expérience à Hong Kong, car j’y suis allé pendant les manifestations contre l'amendement de la loi d'extradition… Tous les hongkongais étaient masqués et portaient des parapluies en signe de contestation. C’était assez dangereux sur le moment, car on pouvait rapidement se retrouver coincé dans des affrontements ! Soudain, il y a eu un bruit de chouette, et le cortège de police est arrivé, déclenchant un énorme mouvement de foule. Ce qui m’a particulièrement marqué est que le lendemain, les rues étaient vides et nettoyées, comme si de rien n’était, comme si tout avait été effacé…

 

Conclusion

13) Quels conseils donnerais-tu à des étudiant(e)s qui souhaitent réaliser cet échange à l’international (voyages, vie quotidienne, logement, transports, etc.) ?

Conseil n°1 : Si je pouvais recommencer, je n’irais pas forcément à Singapour. La ville n’est pas vraiment accueillante : tout est aseptisé, il y a des caméras partout, les ssngapouriens vivent dans leur bulle (ils ne sortent jamais du pays !)… Je n’ai pas aimé cette impression de vivre dans une ville soi-disant « parfaite » (sans pauvreté notamment) alors que ce n’est qu’une illusion.

 

Conseil n°2 : Si vous partez tout de même à Singapour, je vous conseille d’y rester un peu plus que moi pour pouvoir profiter un peu plus de l’université et de la vie étudiante du campus, plutôt que de ne faire que des voyages !

 

Conseil n°3 : Pour le logement, évitez de prendre un appartement trop loin du centre de Singapour. Même si les quartiers sont bien desservis, c’est beaucoup plus pratique d’habiter proche du centre pour sortir !