Professionnel > L’épopée de la recherche de stage en 1ère année

Recherche stage

Ça y est ! Vous êtes enfin admis dans l’école pour laquelle vous avez durement travaillé ! Sauf que la première année touche à sa fin et vous vous retrouvez à chercher votre premier stage en école de commerce.

Être jeté dans le monde professionnel est une expérience qui peut être très déroutante, du moins au début. Voici quelques conseils pour atteindre votre objectif de recherche de stage.

 

Conseil n°1 : L’orientation

Savoir ce que l’on veut faire, c’est bien, mais ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde. Il est même fréquent que plusieurs étudiants pensant avoir une appétence pour un domaine ou un métier en particulier se réorientent après y avoir effectué un stage. Ce qu’il faut garder en tête, c’est que le premier stage en école de commerce est justement une expérience qui nous aide à comprendre véritablement ce que l’on aime et ce que l’on n’aime pas.

Cette expérience est souvent considérée comme notre premier contact avec le monde de l’entreprise. Il ne faut donc pas stresser si elle n’est pas à la hauteur de vos espérances en termes de prestige ou si vous n’arrivez pas à décrocher le poste de vos rêves, surtout si vous n’avez pas d’expérience professionnelle en amont.

Ainsi, si vous pensez être intéressés par un secteur en particulier (finance, marketing, banque…), il s’agit du moment parfait pour confirmer ou infirmer cet intérêt ! Si au contraire vous ne savez toujours pas ce que vous voulez faire, alors n’hésitez pas à diversifier les offres de stages pour lesquelles vous postulez.

Conseil n°2 : Le choix du stage

Par ailleurs, la diversification est toujours une très bonne chose lorsque l’on postule. Cela permet d’élargir notre champ des possibles et de se forger une expérience professionnelle qui serait inattendue si l’on s’était limité en amont.

 

Néanmoins, il faut faire attention à ne pas accepter immédiatement la première offre de stage que l’on reçoit. Dans l’engouement et l’excitation d’une telle nouvelle, il peut arriver que l’on dise oui même si l’on n’est pas forcément convaincu par l’offre que l’on reçoit. N’oublions pas que l’environnement est primordial, car vous passerez d’un mode de vie où priment les relations amicales, familiales et académiques à un monde où vous passez la majorité de votre temps avec vos collègues. Choisissez donc en fonction de votre ressenti durant les entretiens, des missions qui vous sont proposées, du prestige du stage et enfin, des opportunités que ce dernier pourrait vous offrir.

Quant à la question du salaire, si ce dernier reste important, le montant de la gratification que vous recevrez n’est pas forcément un indicateur de la qualité du stage ou de son prestige. Le plus important dans un stage est véritablement l’expérience que vous en tirez et les opportunités qui peuvent s’ouvrir à vous par la suite.

 

Conseil n°3 : Comment trouver son stage ?

- Utiliser les ressources de son école

On ne le dira jamais assez, mais il existe, au sein des écoles, une multitude de dispositifs mis à votre service pour aider à trouver vote stage, dont des offres exclusives qui ciblent votre école. Ces dispositifs sont, bien sûr, spécifiques à chaque école, mais l’on retrouve en général un Job Teaser, des foires de métiers, des évènements de rencontres avec des recruteurs et des conseillers que vous pouvez contacter.

- Faire jouer son réseau

En Grande École de Commerce, vous aurez tout un réseau que vous pouvez exploiter pour vous aider à trouver votre stage. À commencer par d’anciens stagiaires qui pourraient vous faire parvenir des offres qui vous intéressent (et donc vous recommander directement), mais également les alumni de votre école que vous pourrez contacter.

- Utiliser des ressources externes

Au-delà des ressources extra-académiques qui sont à votre disposition, n’hésitez pas à vous inscrire sur les réseaux sociaux professionnels : LinekdIn, Welcome to the Jungle, Vidaeo…

Ces sites peuvent être de véritables mines d’or, à condition de bien savoir se mettre en valeur et d’optimiser son utilisation du site. Par ailleurs, sur LinkedIn, vous pouvez même organiser votre propre appel d’offres en faisant un post où vous exposez votre CV avec un court message résumant ce que vous recherchez.

- Respecter les dealines pour postuler

L’enjeu du respect de deadlines de dépôt de candidatures est surtout vrai lorsque vous visez de grands cabinets de conseil et d’audit ou encore de grandes multinationales. Ces entreprises ouvrent des périodes de recrutement de stagiaires déterminées dans le temps, souvent des mois en avance, et de manière cyclique. Ainsi, si vous êtes intéressés par ce type de stages, il convient de vous renseigner des mois à l’avance sur les périodes de recrutement pour vous préparer et ne pas rater une expérience prestigieuse parce que la date butoir a été dépassée.

MEDC N°1 - 3.png

Conseil n°4 : Comment optimiser son taux de réponses positives ?

- S’entraîner et se perfectionner

Pour obtenir une réponse positive, il faut réussir ses entretiens de recrutement. Or, pour passer à l’étape de ces entretiens, il faut que votre CV réussisse à passer l’étape de « présélection ».

Pour cela, il ne faut pas hésiter à produire un rendu visuel qui rentre dans les codes du domaine pour lequel vous postulez (sobre et synthétique si vous postulez pour la banque ou la finance, créatif si c’est pour du marketing ou de la communication, etc.). Pour cela vous pouvez utiliser plusieurs sites, notamment Canva, pour produire un CV synthétique (pas plus d’une page), facile à lire et visuel.

Une fois que votre CV est prêt, vous devez impérativement le faire relire par votre entourage ou des professionnels avertis. Cette relecture est capitale, car elle vous donnera un regard extérieur sur votre travail et vous permettra de repérer les fautes d’orthographe, de syntaxe ou de grammaire qui sont rédhibitoires pour les recruteurs. Elle vous permettra également de savoir quel effet produit votre CV sur un recruteur et vous donnera l’occasion, le cas échéant, de l’améliorer.

En ce qui concerne les entretiens d’embauche, il est recommandé de faire des simulations avec vos amis pour vous entraîner, mais également pour vous aider à gérer votre stress.

 

Exploiter ses compétences non professionnelles 

Si vous n’avez pas beaucoup d’expérience professionnelle, n’hésitez pas à capitaliser sur les compétences développées dans un cadre non professionnel. Que ce soit les cours ou votre expérience associative, vous pouvez extraire toute une multitude de compétences que vous pourrez valoriser dans vos CV ou lors d’entretiens d’embauches.

Par exemple, si vous postulez pour une offre de Data Analyst et que vous avez déjà eu à mener un travail de recherche qualitative et quantitative dans votre cursus académique, vous pouvez largement faire valoir cette expérience. Aussi, si vous occupez un poste à responsabilités dans une association (trésorier, vice-président) ou que vous avez déjà eu à organiser des évènements, vous pouvez mettre en valeur votre qualité de chef de projet (gestion de budget, d’effectif, suivi de projet…)

À présent, la balle est dans votre camp et nous vous souhaitons le meilleur pour réussir à décrocher le stage de vos rêves !