ESSEC > Parcours candidat(e)s > Armine Nasri - AST2 FR

Prénom : Armine

Nom : NASRI

 

Série de baccalauréat + moyenne obtenue : Scientifique, Assez bien (14/20)

Etudes supérieures + moyenne générale du (ou des) diplôme(s) : Master 2 en école d’ingénieur EFREI Paris (Moyenne : 15/20, GPA : 3,2/4)

 

Score TAGE MAGE ? TOEIC ? TAGE MAGE : 417/600, TOEIC : 960/990.

ADMISSIBLE dans quelles écoles ? 3 écoles (ESSEC, emlyon, EDHEC)

ADMIS dans quelles écoles ? ESSEC, emlyon

 

Choix définitif ? ESSEC

MEDC N°1 - 3.png

1) Bonjour, peux-tu nous décrire ton parcours ?

 

Bonjour, j’ai passé mon Baccalauréat Scientifique en 2016 au Lycée Buffon à Paris XVème, puis je suis rentré en école d’ingénieur à l’EFREI Paris, une école spécialisée dans les sciences de l’IT.

 

Je ne souhaitais pas passer par la case prépa, car je savais déjà ce que je voulais faire à l’époque, et je voulais profiter de la vie étudiante pour faire des expériences extra-universitaires.

J’ai pu, durant ce cursus, effectuer diverses expériences associatives, notamment la Junior-Entreprise où j’ai été Trésorier, ainsi que d’autres associations notamment un voyage humanitaire au Sénégal. Puis, j’ai pu faire des stages longs, et deux échanges à l’international au Canada et en Suède pendant 6 mois, ce qui m’a permis de compléter ma formation par des expériences enrichissantes et riches, que je n’avais pas pu faire avant de rentrer à l’EFREI.

Assez tôt, j’avais le concours d’Admissions sur Titres aux écoles de commerce en ligne de mire, en visant principalement le TOP 5 et l’ESSEC en premier choix, car j’appréciais la liberté qu’offrait le parcours. J’ai donc commencé à me préparer 2 ans en avance car je voulais vraiment intégrer une Parisienne, notamment sur les tests TAGE MAGE et TOEIC. Cette préparation m’a permis de rejoindre le Programme Grande Ecole de l’ESSEC à la rentrée.

 

 

2) Quelles étaient tes expériences marquantes au moment de passer les concours ?

 

Expériences professionnelles (CDI, CDD, stages, intérim, etc.) :

- Stage en tant que développeur Web à Onepoint (Paris, 3 mois)

- Stage à Natixis en tant que Data Analyst finance (Paris, 3 mois)

- Ambassadeur étudiant à Capgemini (8 mois)

- Stage à la Société Générale en tant que Data Analyst (La Défense, 6 mois)

 

Expériences internationales (échange, séjours linguistiques, etc.) :

- Echange de 5 mois au Canada à l’université de Concordia (Montréal)

- Echange de 5 mois en Suède à l’université de Chalmers (Göteborg)

- Echange humanitaire de 1 mois au Sénégal (Dakar)

- Double Nationalité franco-iranienne, et vacances régulières en Iran.

Expériences associatives :

- Junior-Entreprise de l’EFREI, 2 ans dont 1 an en tant que Trésorier

- Association humanitaire de l’EFREI au Sénégal durant 1 mois.

- Association du Week-end d’intégration de l’EFREI

 

Expériences sportives :

- 6 ans de football

- 5 ans de Basketball

 

 

3) Quels étaient les points FORTS / FAIBLES de ta candidature aux concours ?

 

Points FORTS :

- Mes scores TAGE MAGE (417/600) et TOEIC (960/990).

- Mes expériences : ma double-culture, mon échange humanitaire, et mes stages m’ont permis d’avoir de la matière durant les oraux concernant mes valeurs et ambitions.

- Mon dossier qui semblait solide sur le papier.

 

Points FAIBLES :

- Aucune expérience dans le projet professionnel présenté (analyste dans un fonds d’investissement)

- Assez léger en langue, notamment pour l’ESCP, où la plupart des étudiants ont 980/990 ou plus au TOEIC.

- Mon école d’ingénieur qui n’est pas une « Top tier ».

- Trop d’expériences donc il fallait que je fasse un travail dessus pour les oraux, pour trouver une cohérence entre mon parcours, l’école, et le projet pro que je défendais.

 

 

4) Qu’as-tu fait pour contrecarrer tes points faibles ?

 

J’ai essayé de me renseigner au maximum sur le métier que je présentais (analyste dans un fonds d’investissement), et j’ai commencé à contacter des personnes travaillant dans les fonds d’investissements qui m’intéressaient pour avoir plus d’informations.

 

Cela m’a permis à la fois d’en apprendre plus sur le métier, et d’être sûr que cela me plaisait, ainsi qu’avoir de la matière notamment pour les oraux, où certains jurés aiment titiller les candidats sur leurs projets professionnels. Enfin, j’avais essayé de suivre des MOOC en finance notamment (PE et VC de Bocconi sur Coursera), pour en apprendre plus sur la technique.

 

Concernant mon niveau d’anglais, je partais de très loin, car avant mes expériences à l’étranger, je tournais autour des 600-650/990 au TOEIC. La méthode la plus efficace est très clairement de regarder des séries en anglais, et de s’entrainer sur YouTube (TOEIC online, Happy English par exemple). Si vous avez de grosses lacunes en anglais, je vous conseille de prendre un livre sur le TOEIC, mais si vous tournez déjà autour des 750-800/990, entraînez-vous en TOEIC blancs, mon expérience m’a permis de voir que n’importe qui peut avoir 990/990 au TOEIC avec de l’entraînement.

 

Pour finir, il fallait trouver une cohérence entre mes expériences, cela a été très difficile au début, car la préparation des oraux notamment demande une grande introspection sur vous-même, et c’est ici que vous devez préparer le discours, et le message que vous souhaitez faire passer. J’ai donc dû faire un gros travail de recherche sur ce que j’aimais, ce que je voulais faire, et ce que les écoles proposaient. Comme chaque école propose un parcours qui diffère l’une de l’autre, il faut donc répéter ce travail pour chaque école présentée.  

 

 

5) Quelles sont les principales difficultés des épreuves ÉCRITES aux concours selon toi ?

 

Je pense que l’épreuve la plus difficile est le TAGE MAGE, en termes de test, ainsi que la rédaction des essais pour l’ESSEC.

Le TAGE MAGE m’a demandé beaucoup de travail. Je ne l’ai passé qu’une seule fois après une préparation intensive sur 3 mois. J’ai utilisé le Grand Manuel du TAGE MAGE, en premier temps pour la théorie grâce aux fiches, puis pour faire des tests blancs très régulièrement en passant du temps sur la correction. De même, j’avais créé un fichier Excel pour suivre mes scores aux TAGE MAGE blancs et pour chaque sous-test, afin de travailler sur mes points faibles.

Venant d’une formation d’ingénieur, j’arrivais facilement à avoir plus de 40/60 en calcul et Conditions Minimales, ainsi que Logique où je trouvais qu’avec de l’entraînement, il était possible de viser à chaque fois minimum 52/60. Pour autant, en français, j’avais quelques problèmes, notamment en Expression où les fiches du livre, ainsi qu’un cahier de vocabulaire m’ont permis de sauver les meubles sur cette partie.

 

Je n’ai passé qu’une seule fois où j’ai directement obtenu le score que je voulais 417/600, (je visais + que 400), ce qui m’a permis très tôt dans la préparation des concours, de me concentrer sur le TOEIC, ainsi que le dossier académique, qui a une importance capitale pour le TOP 3.

En effet, Il ne sera pas rare de trouver des personnes admissibles avec moins de 320 au TM au TOP 3, cependant si vous avez moins de 11 ou déjà eu des rattrapages, vos chances d’admissibilités sont réduites drastiquement. 

 

De même, pour la petite information, avoir un TOEIC à 850 ou 990 est équivalent pour l’ESSEC, car il s’agit d’un prérequis, et cela ne vous donnera pas de points supplémentaires en ayant plus que 850. Pour autant, ce score a une importance pour l’ESCP, HEC et l’EDHEC notamment.

 

 

6) Comment t’es-tu préparé aux ÉCRITS ?

 

Pour les écrits : TAGE MAGE : le Grand Manuel du TAGE MAGE ; TOEIC : Youtube

Pour les oraux : Prépa Admissions parallèles.

 

 

7) Quelles sont les principales difficultés des épreuves ORALES aux concours selon toi ?

 

Les épreuves orales sont d’une grande importance, et en le préparant avec différents candidats, j’ai pu voir que certains d’entre eux les sous-estimaient. Il ne suffit pas d’être à l’aise à l’oral pour réussir les oraux.

Je pense que la principale difficulté est de rester soi-même et authentique tout au long de l’entretien. Beaucoup de personnes vous diront que « Dire cela est bien pour X ou Y » par exemple, ce qui est faux. Je pense qu’il faut rester soi-même et fidèle à ses valeurs. J’ai pour ma part eu un entretien très difficile pour l’ESSEC, avec un jury qui dès le début de l’entretien a essayé de me mettre en difficulté avec de nombreuses questions déstabilisante (Par exemple, « Qu’est ce qui ferait que vous quittiez l’entretien ? Que feriez-vous si HEC vous appelait ? ». La difficulté ici est de rester fidèle à son discours au préalable, et de faire très attention à la forme, qu’elle soit verbale ou encore au niveau de l’attitude, car il est très important de rester souriant et agréable au jury peu importe le jury, et les questions.

Il faut également comprendre qu’il n’y a pas de mauvaises réponses, mais que l’on est jugé sur le raisonnement.

 

Une erreur qui je pense serait éliminatoire, serait de montrer un agacement, ou encore de changer de discours après une remarque d’un jury, qui montrerait que vous êtes hésitant. Je pense que se montrer confiant, sans rentrer dans la prétention, est important, car le jury cherche aussi à recruter des futurs leaders.

 

 

8) Comment t’es-tu préparé aux ORAUX ?

 

- J’avais préparé des fiches pour toutes les écoles où j’étais admissible

- J’ai contacté énormément d’étudiants, pour avoir une vision plus claire sur le programme et la vie étudiante.

- J’ai effectué un lourd travail de documentation sur mon projet professionnel et l’actualité de ce secteur, via le journal Les Echos.

- Je me suis énormément entrainé via la prépa Admissions Parallèles, ainsi que ma famille et des amis qui avait intégré l’ESSEC en AST auparavant. Je pense que c’est une épreuve qui demande beaucoup de travail, et que ce serait une bonne idée, pour prendre de l’avance par rapport aux autres candidats, de préparer des fiches sur ces points : Que propose l’école ?, quelles sont ses valeurs ?, quel parcours je souhaiterais suivre dans cette école ?, association, échange, etc ?), pour que votre discours soit cohérent, et que vous montriez que vous avez travaillé.  

 

Par exemple, je pense qu’il est primordial de maîtriser son discours de début d’entretien, au niveau de la forme, et du fond, car il constitue la base de votre entretien. J’avais beaucoup travaillé cette présentation, car comme j’avais beaucoup d’expériences, je souhaitais, de façon très synthétique, annoncer tous les points que je voulais.

 

 

9) Quelle est l’école qui t’a le plus marqué le jour de tes oraux ? (campus, ambiance, accueil, etc.). Pourquoi ?

 

L’oral de l’ESSEC était en distanciel, il m’a été difficile d’avoir un avis. Le jury était bienveillant mais restait difficile avec moi. A cela s’ajoute la pression du distanciel, j’étais sûr que je n’allais pas y être admis, car je trouvais que mes réponses sur les questions difficiles étaient légères.

J’ai beaucoup aimé celui de l’emlyon avec un échange très intéressant avec le jury, qui je pense a de belles ambitions, et la vie étudiante semblait très intéressante sur tous les points. De même, je trouvais les admisseurs très naturels, qui n’étaient pas là pour vendre, mais réellement pour accompagner et aider les admissibles, ce que je trouvais intéressant.

 

 

10) Quel était ton projet professionnel aux oraux ?

 

Mon projet professionnel était de devenir Analyste dans un fond de Venture Capital où la data interviendrait dans les décisions d’investissements.

 

11) Si tu devais changer quelque chose dans ta préparation aux concours, que changerais-tu ?

 

J’ai passé beaucoup de temps à me poser des questions sur les défauts de mon profil.

Cela est un problème qui arrive souvent car je n’avais pas beaucoup d’amis dans mon entourage proche qui postulaient aux écoles, ce qui faisait que je me posais beaucoup trop de questions, et que je perdais beaucoup de temps à regarder les profils types sur LinkedIn ou encore sur le groupe Monsieur TAGE MAGE. Avec du recul, je comprends clairement que les écoles cherchent à travers la voie AST, de la diversité, et que c’est sur ces différences qu’il faut se concentrer.

 

Pour ma part, mes nombreuses expériences internationales, notamment ma double-culture ont fait la différence, et je le voyais durant les oraux. Les jurys étaient très intrigués par cela, car cela fait de nous un candidat qui sort un peu de l’ordinaire.

Je pense que chaque candidat a ses spécificités, et que la difficulté est de trouver lesquelles, et de se concentrer dessus pour faire la différence.  

 

De même dans votre projet professionnel, si vous venez d’un cursus Finance, ou management et que vous présentez un cursus là-dedans, le jury sera plus difficile car il se demandera pourquoi une école de commerce si vous le faites déjà dans votre parcours. Je pense que le mieux est de savoir réellement pourquoi on veut cette école, et pourquoi ce projet, car le jury va chercher à aller loin dedans, ce qui demande de la préparation, et de l’honnêteté.

 

 

12) Si tu devais donner 3 conseils à nos membres des communautés pour se préparer aux concours, lesquels donnerais-tu ?

 

Conseil n°1 : Se préparer en amont, notamment les écrit (TAGE MAGE, TOEIC)

Conseil n°2 : Préparer des fiches sur chaque école via les brochures, les sites, et les questions et réponses des étudiants actuels de ces écoles.

Conseil n°3 : S’entrainer sans cesse pour les oraux, rester fidèle à soi-même sur le fond mais également la forme (sourire, tenue, attitude).

 

Conseil bonus : Ne pas se censurer, et postuler à toute les écoles. Et si vous souhaitez discuter des concours, n’hésitez pas à me contacter sur mon LinkedIn, je vous répondrais avec plaisir.