Emlyon > Vie associative > Lister Ski Club

emlyon lister ski club réduite.jpg

Nous sommes fin mars. La tension est à son comble. Dans la salle de la CRA (Campagne de Recrutement des Associations), on attend le résultat fatidique. Le speaker fait durer le suspense, prend une grande respiration et annonce : “Les vainqueurs sont … LES WALSKING DEAD”. Scène de liesse et explosion de joie pour les uns, larmes et déception pour les autres. Les WALSKI ont gagné les élections Ski Club. Comment ont-ils fait pour devenir le mandat élu ?

 

La constitution des listes

 

En début septembre, c’est la rentrée. C’est l’occasion pour beaucoup de rencontrer de nouvelles connaissances. Ils viennent des quatre coins de la France et sont issus de classes préparatoires aux grandes écoles, de BTS ou de DUT. Lors des soirées organisées pour intégrer les « bizuths », et en particulier lors du WEI (Week-End d’Intégration), des liens se tissent, et des amitiés se créent. Puis, survient la présentation des listes Skiclub par la Corporation, sorte d’association régissant les autres associations d’école. La “Corpo” explique les modalités des campagnes. Peu après, ces élections animent les discussions des petits groupes d’amis nouvellement formés. Ils sont déjà 6 ou 7, une douzaine au mieux. Or, pour déposer sa liste, il faut 25 noms et il est fortement conseillé d’avoir une liste avec un équilibre entre hommes et femmes, et entre ex-prépas et AST. Les événements extra scolaires se multiplient pour recruter du monde. En fin de soirée, on se teste : « Tu serais intéressé pour être sur ma liste ? », « Tu peux en ramener combien avec toi ? ». Bref, les négociations vont bon train, jusqu'à la date limite de soumission des listes. Soulagement, nous sommes au complet.

MEDC N°1 - 3.png

Les pré-présélections

 

Rapidement après l’enregistrement des listes, les mandats précédents donnent ce qu’ils appellent des « devoirs ». Rien de véritablement scolaire, mais beaucoup de bricolage et de montage vidéo avec pour objectif de : présenter l’ensemble des membres de sa liste, connaître le parcours du mandat encore en place, et surtout se souder les uns aux autres en se pliant aux contraintes imposées par les devoirs. Sachez tout de même que, si les épreuves flirtent avec la thématique de la montagne, vous n’aurez pas besoin de savoir skier. Ce qui est certain, c’est que vous donnerez de votre temps, de votre imagination et surtout de votre énergie pour accomplir ces épreuves.

Il y en a seulement 6 qui sont retenues parmi la dizaine annuelle qui se présente. Beaucoup de joie chez certains. Beaucoup de déception chez d’autres. Et pourtant, il faut vite se ressaisir : les leaders des listes et ceux les plus investis peuvent être repêchés par les listes gagnantes qui peuvent grossir leurs rangs jusqu’à 35 membres avec de bonnes recrues.

 

 

Les présélections

 

C’est comme les pré-présélections, mais en plus intense car la concurrence est rude. Il ne reste que les meilleurs et les listes deviennent des machines bien huilées. Plus intense puisque les « devoirs » donnés par nos coachs sont encore plus nombreux. Plus intense puisque pour aller jusqu’au bout, il faut gagner beaucoup d’argent, et mener de front les devoirs, le démarchage et le travail intérimaire.

 

 

Le démarchage et l’intérim

 

Courant janvier, les listes doivent chercher à se financer.

Pour se faire, les listeux doivent démarcher des entreprises diverses et variées pour faire gagner des lots aux étudiants de toutes les promos. Par exemple, avec le Skiclub, certains magasins donnent des masques, des surfs, des appareils à raclette qui seront offerts par tirage au sort lors d’un événement Facebook. Tout le monde est gagnant : l’entreprise obtient de la publicité gratuite auprès de 8 500 étudiants, et les listes qui font gagner les plus beaux lots obtiennent davantage de votes. Un « listeux » ne fait pas que du démarchage en nature. Les entreprises sollicitées peuvent également faire des dons financiers.

 

En parallèle, pour financer les dépenses à venir, chaque membre de la liste doit réaliser des missions d'intérims. Peu importe le secteur, tant que c’est légal et que ça rapporte de l’argent : mise en rayon, travail à la chaîne, mission de phoning ou études de marché et benchmark données par la Junior-Entreprise. En moyenne, de décembre à mars, une liste récolte une dizaine de milliers d’euros en intérim et plusieurs dizaines en lots.

 

 

La CRA

 

Seules 3 des 6 listes restantes peuvent aller à la CRA, « Campagne de recrutement des associations ». Ce sont celles qui sont les plus appréciées de la promotion, celles qui ont rendu les devoirs les plus qualitatifs aux coachs, celles qui ont le plus d’argent. Eh oui, la CRA est un week-end de fêtes offert aux étudiants emlyens, et croyez-moi, il en faut des sous pour étancher la faim et la soif de toute cette marmaille !

Chaque liste se voit attribuer une salle et doit y mettre le maximum d’ambiance. Au programme : buffet et boissons à volonté, artistes et DJ de renom pour attirer un maximum d’étudiants dans sa salle… qui sont aussi de futurs votants. À la fin du week-end, la promotion vote. Le résultat tombe. Des cris et des pleurs, tantôt de joie, tantôt de tristesse. Mais pour tous, le souvenir impérissable d’une belle bande de copains rencontrés.

Aurélien Mornet – emlyon business school