BSB > Vie associative > Parcours d’un président du BDE

BSB va BDE réduite.jpg

discours lors du Gala de Noël en décembre

1) Bonjour Romain, qui es-tu et quel est ton parcours?

 

Je m’appelle Romain Vismara et je viens de Perpignan. J’ai fait une prépa ECE, j’ai passé les concours et j’ai intégré la Burgundy School of Business à Dijon en année de pré master. Dès ma rentrée, je voulais participer au listage pour le BDE. Après avoir participé à la campagne, ma liste a été élue en décembre lors du gala de l’école. J’ai été élu au poste de président durant le mandat de mon BDE, qui a duré une année de décembre de ma première année à décembre de ma deuxième année.

 

J’ai commencé mon Master en septembre de ma deuxième année. J’ai choisi la spécialisation communication – événementiel. Par la suite, j’ai effectué mon année de césure découpée en deux stages de six mois, dont le premier chez France TV en marketing. J’ai par la suite continué mon Master en alternance.

 

Lors du premier semestre de janvier à juin, le rythme est de 3 semaines en entreprise puis 1 semaine en école. Le deuxième semestre se passe entièrement à l’école, et enfin le dernier semestre est 100% en entreprise, de janvier à juin. En ce moment, je suis Vice-Président du Bureau des 4ème années et prépare ainsi, pour la dernière fois, des événements et animations avant de quitter notre vie étudiante lors du gala de Noël en décembre.

MEDC N°1 - 3.png

2) Quel a été ton parcours et ton expérience personnelle au sein du BDE ?

 

Je suis donc arrivé à la BSB avec déjà l’envie de lister pour le BDE. Durant le mois de septembre, j’ai monté ma liste avec les étudiants que j’apprenais à connaître, notamment grâce au week-end d’intégration (WEI). Nous devions présenter un dossier devant le BDE en place pour participer au listage. Le BDE a sélectionné deux listes dont la nôtre, et la véritable campagne a démarré au milieu du mois d’octobre.

 

Jusqu’à décembre, les listes doivent organiser de nombreux événements et effectuer des défis pour être élues. Par exemple, il y a ce qu’on appelle les rallyes de 48h, où les membres d’une liste sont totalement au service de l’école et des élèves pendant 48h, avec la mise en place d’un standard pour répondre aux demandes et effectuer les tâches demandées. C’est un moment fatiguant où tout le monde se donne beaucoup mais c’est aussi ce qui crée une véritable ambiance de famille au sein de la liste.

La campagne s’étale jusqu’en décembre et tout le monde vote sur la plateforme de l’école pour élire (entre autres) le nouveau BDE. Les résultats des différents listages du BDE, BDA et BDS sont présentés lors du Gala de Noël, c’est donc à ce moment que ma liste est officiellement devenue le nouveau BDE.

 

De janvier à juin, lors du premier semestre du mandat, le rythme de travail au BDE était assez calme mais nous commencions déjà à nous occuper du WEI de l’année suivante.
Parmi les gros événements que nous avons réalisés durant notre mandat, l’un d’entre eux était la création d’un événement “village associatif”, pour lequel nous avions loué un parc à Dijon, dans lequel chaque association étudiante possédait un espace dédié visant à se faire connaître. Totalement autofinancé, cet événement nous a coûté environ 12 000€.


Évidemment la préparation et l’organisation du WEI est l’un des moments les plus importants pour le BDE. Avec un budget de 260,000€, la gestion d’un tel événement a demandé beaucoup de temps et d’efforts mais était aussi très gratifiante de par les nombreux retours positifs des étudiants.

Enfin, le gala de Noël, qui a lieu au Zénith de Dijon, est le dernier événement que le BDE organise avant de passer la main au nouveau mandat. C’est un moment fort de passation mais aussi d’accomplissement devant tout ce qui a été fait durant l’année précédente.

 

En bref, c’est une véritable expérience de vie, qui demande beaucoup d’engagement mais qui est aussi très valorisante. Le groupe devient petit à petit comme une famille.

 

3) Comment décrirais-tu le rôle de Président ?


Ce rôle varie selon les personnes. Être Président est avant tout une image représentative de l’association. Dans les faits, le Président permet de valider les décisions mais il peut également apporter une vraie participation dans l’activité du BDE, en aidant les différents pôles par exemple. Ce fut mon cas mais ce n’est pas automatique, cela dépend aussi du caractère des personnes.

 

Comme je voulais être au BDE dès mon arrivée, c’est moi qui ai initié ma liste et on m’a naturellement désigné Président par la suite bien que ce n’ait pas été forcément mon but. J’avais tout de même quelques caractéristiques qui m’allaient bien pour ce poste : volonté de montrer l’exemple, volonté d’organiser, de créer des choses et de se donner pour faire les choses bien et de rassembler du monde, notamment en m’exprimant à l’oral.

 

 

4) Comment as-tu concilié ton parcours scolaire et ton expérience au BDE ?

 

Sans négliger mon parcours scolaire et mes résultats, je me donnais à fond pour le BDE en dehors. J’étais très investi mais c’est quelque chose qui me plaisait beaucoup alors je n’ai pas compté mes heures !

 

 

5) Quel est le bilan de ton expérience au BDE et en tant que président ?

 

Mon expérience au BDE a surtout été humaine. J’en ai retiré beaucoup de compétences personnelles : une meilleure aisance orale, un esprit plus initiateur et organisé.

 

Concernant la reconnaissance professionnelle, elle se rapporte surtout aux événements organisés. Cela m’a tout de même aidé pour chercher des stages de césures, mais aussi c’est ce qui m’a permis d'obtenir mon alternance.

Mais cette expérience de Président de BDE m’a surtout fait comprendre les différences de sensibilités de chacun, et comment les appréhender pour rassembler une équipe autour d’un projet commun. Au fond, c’était une vraie expérience de vie.